Seine-Saint-Denis: démantèlement d'un réseau criminel rom

Publié le par actu

La police parisienne a mené une vaste opération dans trois camps de Roms de Seine-Saint-Denis pour interpeller dix-neuf personnes suspectées de mauvais traitements comme l'obligation de mendier auprès de nombreux enfants. (ARCHIVES)
La police parisienne a mené une vaste opération dans trois camps de Roms de Seine-Saint-Denis pour interpeller dix-neuf personnes suspectées de mauvais traitements comme l'obligation de mendier auprès de nombreux enfants. (ARCHIVES)
| LP/Benoît HASSE
La police judiciaire parisienne a démantelé, mardi à l'aube en Seine-Saint-Denis, à Stains, Aubervilliers et Saint-Denis, un vaste réseau criminel au sein de la communauté Rom selon une information de RTL. Des dizaines d'enfants étaient exploités depuis des mois par des chefs de bandes.
 

 



La vaste opération de police a été lancée mardi à 6 heures. Dans le collimateur de la Brigade de protection des mineurs de la PJ parisienne, dix-neuf suspects au total, la grande majorité dans des camps de Roms situés tout près de la capitale : à Stains, Aubervilliers et Saint-Denis. L'enquête de la police judiciaire a démarré avec la forte augmentation sur Paris ces derniers mois de vols en tout genre commis par des mineurs venus de Roumanie. Au final, après plus d'un an d'enquête, il y a tout un système mis à jour, parfaitement rôdé, aussi violent que pervers.

Dix-neuf suspects et une trentaine d'enfants exploités

Une petite trentaine d'enfants déscolarisés - le plus jeune n'a que 9 ans, le plus âgé de 17 ans -, étaient forcés à voler, sans relâche. Forcés par des chefs de camps, parfois par leurs propres parents. Avec des objectifs précis : un ou deux portefeuilles, trois ou quatre téléphones dernier cri, le tout par jour et par enfant.
Une mauvaise journée, et les enfants étaient privés de nourriture. Les coups pleuvaient, avec des menaces de mort en prime. Les charges qui pèsent contre la plupart des suspects sont très lourdes : traite des êtres humains, provocation directe de mineurs à la commission de crimes et délits, vols, recels de vols, le tout en bande organisée.

Les suspects arrêtés ont été placés en garde à vue pour les prochaines 96 heures.

 

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article