Lyon poursuit son opération rafraichissement de son effectif.

Publié le par actu

 

Deux ans après son arrivée à l’OL, Kader Keita a été transféré à Galatasaray. Le plus gros transfert de l’histoire du club aura été un échec retentissant.


Plus cher que Sonny Anderson

18 millions d’euros pour deux saisons ! 30 matches et 4 buts la première, puis 22 matches et 1 but la saison dernière. Ce sont les chiffres qui résument le passage de Kader Keita à Lyon. L’Ivoirien aura laissé une trace à l’OL, mais sur le bureau du comptable, pas dans le cœur des supporters. Débarqué de Lille avec une stature de star du championnat de France, l’enfant d’Abidjan n’a jamais trouvé sa pleine mesure à Lyon. Tantôt placé sur le côté droit du milieu de terrain, tantôt à gauche, mais aussi testé en pointe de l’attaque, l’ancien Lillois n’aura pas répondu aux attentes suscitées par son transfert. On avait pourtant cru que l’arrivée de son ancien mentor dans le Nord, Claude Puel, au début de la saison dernière, allait relancer l’ancien pensionnaire de l’Africa Sport. On pensait même que son superbe but à Bucarest en Ligue des Champions (3-5) pouvait enfin lui permettre de se retrouver. Il n’en a rien été. Conspué par une frange du public de Gerland, absent lors du tour d’honneur au terme de la saison, Keita a décidé de tourner la page lyonnaise, sans trop de regrets.


Direction la Turquie

Et il part donc découvrir un autre championnat, en Turquie. Après Elfsborg en Suède, puis Africa Sport, l’Etoile du Sahel, Al Ayn, Al Sadd, et ses deux clubs français, ce sera donc la 8e escale de l’international ivoirien, âgé de 27 ans. «Popito», l’un de ses surnoms, était une des cibles prioritaires de Frank Rijkaard, qui a pris en main Galatasaray cet été. Le contrat porte sur trois saisons. Il s’agit de la deuxième recrue de standing du champion de Turquie après le gardien Leo Franco. Et avant peut-être les internationaux néerlandais Klaas-Jan Huntelaar et Johnny Heitinga.

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article