Festival de deauville: Les stars reviennent en force

Publié le par actu


Deauville : 35e festival du cinéma américain en septembre

Bruno Barde, directeur du festival du cinéma américain à Deauville, a beau défendre ses stars de l'an dernier (Spike Lee, William Hurt, Ed Harris…), l'édition 2008 ne semble pas avoir marqué les esprits par le nombre d'étoiles présentes. Toujours est-il que, du 4 au 13 septembre, pour fêter la 35e édition du festival, les acteurs américains débarquent en force sur la côte normande.
En tête du bataillon, invité d'honneur du festival, Harrison Ford déjà rompu aux charmes deauvillais. « Il sera là en semaine, participera à la cérémonie de clôture, précise le patron des lieux. Il vient parce que c'est notre ami ! »
Le festival rendra hommage à Andy Garcia. L'acteur américain, né à Cuba, est lui aussi déjà venu à Deauville. Des Incorruptibles (Brian de Palma) au Parrain 3 de Francis Ford Copolla, le toujours fringant comédien sera des plus courtisés sur la côte d'Opale. A moins que la belle Robin Wright Penn ne lui souffle la vedette. Celle qui a joué l'épouse de Tom Hanks dans Forrest Gump défendra son dernier film, The private lives of Pippa Lee. Mais c'est un acteur français, Yvan Atall, son partenaire dans New York I love you, qui sera son chevalier servant.
Deauville prépare aussi un hommage en forme de tir groupé à David Zucker, Jerry Sucker et Jim Abrahams. « On leur doit des films cultes du rire américain, de Y a-til un pilote dans l'avion à Scary Movie », souffle Bruno Barde. Nous reverrons plusieurs de leurs films, ce qui augure du ton de ce 35e festival. Sa grande tendance en effet sera la comédie, même si le mélo qui a fondé le genre hollywoodien reste en bonne place ».
Tous ces acteurs, réalisateurs et producteurs américains sont donc annoncés. Ils rendront d'ailleurs hommage, de concert avec la Cinémathèque française, à Robert Aldrich, réalisateur et producteur qui s'est éteint le 5 décembre 1983. « Il s'est lancé dans la réalisation de séries télé au début des années 50 avant de diriger Burt Lancaster dans Bronco Apache, raconte Bruno Barde, un des premiers films américains à prendre fait et cause pour les Indiens, puis dans Véra Cruz ». Robert Aldrich, c'est aussi Les douze salopards (avec Lee Marvin, Charles Bronson… ), Fureur Apache ou Qu'est-il arrivé à baby Jane ? Trois de ses films seront proposés au public deauvillais.
Les organisateurs annoncent par ailleurs la venue de Merryl Streep, et comptent évidemment sur le jury de ce festival pour attirer les amateurs de cinéma (50 000 l'an dernier ont assisté aux projections). Ce jury, autour du président Jean-Pierre Jeunet (Le fabuleux destin d'Amélie Poulain, Delicatessen, Un long dimanche de fiançailles… ) est composé d'Hiam Abbas, comédienne d'origine palestinienne, d'Emilie Dequenne, de Sandrine Kiberlain, de Géraldine Pailhas, de Jean-Loup Dabadie, de Patrice Leconte et d'un Nordiste célèbre qui aime la Normandie : Dany Boon. A Deauville, on y voit le nouveau Raimu, y compris dans son humilité.
Tous ces acteurs seront donc présents, tandis que Luc Besson viendra soutenir le documentaire The cove dans la catégorie « Les docs de l'oncle Sam ». Romane Bohringer et le chanteur Raphaël accompagneront la comédienne Maïwenn au sein du jury révélation Cartier. Mais c'est une diva new-yorkaise, Julia Migenes, qui ouvrira le festival avec des extraits de son dernier opus sur les divas d'Hollywood.

Publié dans star

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article