Windows Phone 7, le pari smartphone de Microsoft

Publié le par actu

Microsoft, à la traîne sur le marché des "smartphones" présente lundi son nouveau système d'exploitation pour téléphones portables, Windows Phone 7 (WP7).
windows-phone-7-1 

C'est la première innovation depuis 18 mois pour rentrer dans le peloton de tête d'un secteur en pleine expansion. Le directeur général de Microsoft, Steve Ballmer, doit présenter lundi son nouveau système d'exploitation pour téléphones portables, Windows Phone 7 (WP7). Il montrera pour cela plusieurs combinés utilisant le nouveau système lors d'une conférence de presse à New York, avant le lancement commercial prévu dans le monde entier dans les semaines qui viennent. Pour Microsoft, à la traîne sur le marché des "smartphones", derrière Research in Motion (Blackberry), Apple (iPhone) et le système Android (conçu par Google), l'enjeu est énorme: Morgan Stanley prévoit une croissance annuelle de 38% pour le marché des téléphones.


 
Si Microsoft accroît sa présence, cela signifie davantage de revenus pour ses licences (vendues "quelques euros" par appareil) et potentiellement plus de revenus publicitaires liés à la consultation de ses applications sur l'internet mobile, sans compter les retombées positives pour la perception du groupe et les ventes de l'ensemble de sa gamme de produits. Mais la tâche pourrait être ardue: jusqu'à présent, Microsoft a été "lent à arriver sur le marché, et quand il l'a fait, c'est avec une technologie d'hier", souligne Ramon Llamas, analyste au cabinet IDC. Face aux mises à jour annuelles d'Apple et aux améliorations apportées presque de mois en mois à Android, "ça fait du retard à rattraper", souligne-t-il.
 
"Faire circuler facilement le contenu"
 

La dernière aventure de Microsoft dans les téléphones a été catastrophique: le Kin, conçu entièrement par le groupe de Redmond (Etat de Washington, nord-ouest), a été retiré de la vente cet été, après quelques semaines devente. Et le cabinet Gartner est pessimiste: il prévoit que le système Microsoft pour téléphones portables, après avoir reculé de 8,7% à 4,7% de part de marché entre 2009 et 2010, ne remonterait qu'à 5,2% en 2011 avant de rechuter à 3,9% en 2014. Autant dire, comme l'a remarqué cette semaine un analyste de Morgan Stanley, Adam Holt, que "les attentes des investisseurs autour du WP7 restent faibles, et la moindre réussite constituera une bonne surprise".
 
Mais Nicolas Petit, directeur marketing de la division Internet grand public de Microsoft France, vante des atouts qui pourraient faire la différence face à la concurrence. Ainsi, Microsoft pense avoir résolu "le problème de la multiplication à l'infini des applications en silos, comme un grand couloir avec plein de portes sur des pièces qui ne communiquent pas entre elles". "En 2010, un système d'exploitation doit décloisonner et faire circuler beaucoup plus facilement le contenu", explique Nicolas Petit. Dans les téléphones sous WP7, les photos pourront être consultées quelle que soit leur provenance, les carnets d'adresses de messagerie et de réseaux sociaux seront homogénéisés, les documents pourront être reçus, ouverts et retravaillés sans rupture grâce aux applications Windows.
 
Viser le grand public
 

En prime, Microsoft, qui a décidé d'abandonner l'accent qu'il mettait jusqu'à présent sur la clientèle entreprise, a décidé que ses téléphones devaient viser le grand public. Ils seront inscrits dans un écosystème commun avec son baladeur Zune et surtout sa console de jeu Xbox 360, ce qui devrait intéresser les 42 millions de propriétaires de cet appareil. Si le nouveau système tient toutes ses promesses, Microsoft surprendra une nouvelle fois les sceptiques. Depuis juin 2009, son moteur de recherche sur internet, Bing, n'a cessé de grignoter des parts de marché, et le système d'exploitation pour PC Windows 7, lancé il y a un an, est un succès technique et commercial. Comme Android, WP7 système fera marcher des appareils fabriqués par divers équipementiers et sera distribué sans exclusivité par plusieurs opérateurs.

Publié dans actualité economique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article