Tournoi des VI Nations: le XV France peut-il réaliser le Grand Chelem?

Publié le par actu

 On les a vus costauds contre l'Ecosse (18-9). Puis carrément enthousiasmants contre l'Irlande (33-10). Avant de mettre le champagne au frais pour sabrer une éventuelle victoire sur le Pays de Galles ce vendredi, il peut être utile de jauger des ressources de cette équipe de France qui ne nous avait plus fait rêver comme ça depuis un bail. Et le souci, c'est que généralement, à ce moment précis, elle se met à nous désespérer. Marc Lièvremont, si tu nous lis...

 

A l'issue des deux premiers matches, la France est-elle désormais la favorite du tournoi des VI nations ?

Oh le vilain mot. FA-VO-RI. Une étiquette qui s'est vite transformée en boulet pour n'importe quelle équipe de France. Encore que.

Pour le pilier (des débats) Jean-Mimi, ce statut ne vient pas de la forme actuelle des Bleus. "la France était donnée favorite avant le début du tournoi au vu de son calendrier avantageux qui la voyait recevoir 3 fois dont l'Irlande et l'Angleterre. Et c'est un avantage certain dans le rugby actuel car les victoires à l'extérieur entre "gros" sont de plus en plus rares. De fait, elle n'est pas devenue favorite mais elle est en train d'assumer son statut de favori. Sa prestation solide et réaliste face à l'Irlande n'a fait que conforter bon nombre d'observateurs."

Capitaine Haddock, flanker élancé, en rajoute une couche: "6 fois sur 10, la France était en position de Grand Chelem après 2 matches sur les 10 dernières années. On sait ce qu'il est advenu à l'arrivée: 2 Grands Chelem et 2 victoires dans le Tournoi sans faire un sans faute. La France a certes fait un bon match contre l'Irlande et un solide à défaut d'être génial contre l'Ecosse. Un peu tôt pour gonfler les biceps, non?"

La Poste botte un peu en touche et estime que la véritable finale du Tournoi aura lieu lors de l'ultime match, quand il s'agira de mater l'Anglais: "Attention à l'excès de confiance mais l'Equipe de France me parait désormais la grande favorite du tournoi avec le choc en point d'orgue, France -Angleterre au Stade de France. Ce choc, un an avant la coupe du monde sera un véritable test pour la bande à Liévremont, car l'Angleterre reste sur deux victoires au SDF (Tournoi 2008, CDM 2007)".

Ce qui n'est pas l'avis de Jean-Mimi: "je crois que le rendez-vous le plus important ne se situe pas à la dernière journée pour le Crunch habituel face au XV de la Rose mais bien vendredi soir au Millenium de Cardiff. J'ai quelques souvenir des Gallois qui peuvent être incroyables et inssaisissables avec un jeu qui ne plaît guère aux Bleus, notamment Shane Williams dangereux à tout moment. Rappellons que les Gallois s'étaient imposés au SDF il y a 5 ans. Il est là le tournant de ce Tounoi 2010 à mon avis." Raison de plus pour suivre le live du Post ce vendredi soir avec toute l'attention nécessaire.

Rugby (France-Ecosse)
Rugby (France-Ecosse)

La France n'est-elle pas meilleure avec le statut d'outsider?
"C'est un mal récurrent franco-français qui ne touche pas que le rugby: tant que toutes les équipes de France arrêteront d'être dos au mur et refuseront la pression dans les grandes échéances, elles n'auront pas de continuité, râle Capitaine Haddock. Une équipe comme les Experts du hand est arrivée 2 fois dans une compétition avec une immense pancarte de favori. Ca ne les a pas empêchés de gagner, difficilement, certes, mais de gagner. En rugby, si vous regardez le palmarès des Coupes du Monde, l'équipe qui a gagné (Australie 99, Angleterre 2003  ou Afsud 2007) étaient dans les 2 grands favoris dégagés avant le début de la compétition." Avec les All Blacks bien souvent...

Jean-Mimi abonde dans ce sens: "Le rugby étant un sport où il faut avoir l'ascendant psychologique et être favori, être donné comme plus fort est un atout non négligeable. Sans rentrer dans des considérations psychologiques, la France perdrait beaucoup à se mettre en retrait et à ne pas assumer son statut. Il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt. Il suffit de prendre l'exemple des équipes du Sud qui sont annoncées en grandes pompes à chaque opposition avec l'hémisphère Nord."

La Poste conclut en dévoilant quelques secrets de cuisine interne (Marc Lièvremont, si tu nous lis): "C'est là tout le travail du staff technique qui doit protéger les joueurs du milieu extérieur (médias, pression populaire,.) et leur insufler la rage de vaincre en les poussant au maximum et leur disant qu'ils sont les meilleurs."

Sous Lièvremont, le XV de France n'a jamais enchaîné 3 victoires consécutives. Quid de ce problème?

La Poste estime qu'on juge trop vite cette équipe de France, qui a encore 2 ans devant elle, et se veut mitterrandien: "Laissons du temps au temps. En 2007, tout le staff technique a changé, on a recruté des Sud-américains pour le jeu au pied, des techniciens du rugby à VII pour l'aspect technique,... Je pense que l'on pourra faire un premier bilan aprés la Coupe du monde en Nouvelle Zélande, objectif du staff". Même son de cloche chez Capitaine Haddock, qui se méfie des statistiques (et il a peut-être raison): "C'est une statistique comme il y en a mille autre. Ca veut surtout dire que les Bleus n'ont jamais enchaîné 3 bons matches à la suite. Forcément, aucune équipe type ne s'est vraiment dégagée à ce jour. On commence seulement à y voir clair en 2010 après que Lièvremont ait brassé des dizaines et des dizaines de joueurs (55 en 2008 par exemple)."


Seul Jean-Mimi trouve des circonstances atténuantes aux Bleus: "Il est tout de même rare que le XV de France enchaîne coup sur coup trois matches face à des adversaires "abordables", entre tournées et Tournoi des VI Nations. Il y a toujours dans le lot une Nouvelle-Zélande ou une Angleterre qui traînent par là pour battre le XV de France après des succès encourageants face à l'Ecosse ou l'Italie par exemple."

Que vous inspire la composition des Bleus pour le match contre les Gallois?

La Poste détaille sans fard ses chouchous: "On a l'impression que Liévremont se cherche encore, teste des nouveaux joueurs sans cesse à la recherche d'une alchimie dans l'équipe. Pour l'instant, les joueurs se sont à chaque fois donnés à fond pour leur pays et cela a suffit. Mais est-ce que ca suffira contre les Gallois et Anglais, c'est un autre problème! De plus, les joueurs jouent beaucoup trop de matchs en France et ont l'occasion de se blesser, ce qui nuit à l'élaboration d'une équipe type. J'aime beaucoup les vieux briscards de l'équipe (Jauzion, Clerc, Poitrenaeaud,...) sur qui on peut compter pour aider les jeunes. La jeune paire Parra-Trinh Duc est promise à un grand avenir selon moi." Haddock ne pense pas autrement: "On peut avoir le sentiment que Lièvremont commence à trouver son équipe type. Prions pour qu'il ne répète pas la fâcheuse habitude de Bernard Laporte qui changeait de charnière tout le temps..."

Rugby (image d'illustration)

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article