Suivez en direct les événements en Egypte ce vendredi: Hillary Clinton appelle le gouvernement à «autoriser les rassemblements pacifiques»

Publié le par actu

MONDE - Des manifestations de grande ampleur sont prévues...

19h02: Vodafone confirme la suspension des services de télécoms
Tous les opérateurs de téléphonie mobile présents en Egypte «ont reçu l'ordre de suspendre leurs services dans certaines zones sélectionnée», a confirmé vendredi soir Vodafone, géant britannique des télécommunications.

18h52: Voici la vidéo du camion en feu au Caire. Les manifestants ont tenté de le pousser dans le Nil, un peu plus tôt dans la soirée.

18h47: Les bilans aussi sont établis. Reuters fait état de 410 personnes blessées ce vendredi au Caire, citant des sources médicales.

18h42: Ca y est, les réactions commencent à tomber. Angela Merkel a lancé ce vendredi un appel à l'arrêt des violences en Egypte. La chancelière allemande a également souligné que la stabilité de ce pays était importante mais qu'elle ne pouvait être maintenue aux dépens de la liberté d'expression.

«Ça n'a pas de sens d'enfermer des gens ou de réduire l'accès à l'information. Nous devons parvenir à un dialogue pacifique en Egypte. La stabilité de ce pays est extrêmement importante, bien sûr, mais pas au prix de la liberté d'opinion», a-t-elle ajouté.

18h40: Le gouvernement hausse le ton: le couvre-feu est étendu à toutes les agglomérations égyptiennes. Mais cela va-t-il changer quelque chose? Jusque là, le couvre-feu était en vigueur au Caire, à Alexandrie et à Suez. Pourtant, les manifestations continuent...

18h32: Des chars à Suez
L'armée égyptienne a également été déployée vendredi soir à Suez, dans l'est de l'Egypte, où un poste de police avait été incendié la nuit précédente, a rapporté un journaliste de Reuters. Des dizaines de manifestants sont montés sur ces chars pour tenter de discuter avec des soldats qui, de leur côté, s'efforçaient de les écarter, a dit le journaliste.

18h22: La France réagit pour la première fois ce vendredi
Le Quai d'Orsay conseille en effet à ses ressortissants de «limiter [leurs] déplacements à ceux qui sont strictement nécessaires et à se tenir éloigné des attroupements», dans un communiqué publié sur le site Internet du ministère des Affaires étrangères.

18h10: La secrétaire d'Etat  américaine appelle le gouvernement égyptien à «autoriser les rassemblements pacifiques». Les autorités doivent aussi réfréner l'usage de la violence. Hillary Clinton a également demandé au gouvernement d'engager les «réformes politique, sociale et économiques nécessaires».

18h09: Hillary Clinton s'exprime en direct sur Al Jazira concernant la situation en Egypte

18h05: Plusieurs milliers de personnes convergent vers le palais présidentiel, dans le centre du Caire, rapporte l'envoyé spécial de BFM TV en Egypte

17h50: La Maison Blanche se dit «très préoccupée» par la situation, selon la correspondante de BFM TV à Washington.

17h43: Des véhicules de l'armée également déployés à Suez, selon des témoins cités par Reuters

17h36: Plusieurs véhicules de police auraient été incendiés par des manifestants dans le centre du Caire, selon l'envoyé spcial de BFM TV

17h28: Le siège du parti au pouvoir en feu, au Caire
Selon des images diffusées sur Al Jazira, le siège du parti national démocratique (PND) est en feu. Une épaisse fumée noire s'échappe du bâtiment.

Selon la chaînée panarabique, aucun camion de pompier n'a pris la direction du sinistre.

17h00: Le couvre-feu a officiellement commencé au Caire, à Alexandrie et à Suez. Au Caire pourtant, des milliers de manifestants sont encore dans la rue, comme le montrent les images diffusées par Al Jazira. Un véhicule qui appartiendra à la police ou l'armée est actuellement attaqué par les protestants, sur le pont du 6 octobre de la vue. lls tentent de le pousser dans le Nil.

A Alexandrie et à Suez aussi les manifestations continuent, en dépit du couvre-feu.

16h57: Hosni Moubarak va s'adresser au peuple égyptien très prochainement, selon CNN

16h21: Alors que la nuit tombe au Caire et que le couvre-feu doit commencer dans uen dizaine de minutes, le correspondant au Caire d'Al Jazira anglaise vient de déclarer que les policiers sont à la porte du bureau.

16h36: Al Jazira craint que la police ne la censure
Des forces de la sécurité d'Etat viennent en effet d'entrer dans le bâtiment d'où émet Al Jazira, au Caire.

16h32: Les manifestants s'interrompent pour la prière du soir
Des images étonnantes sont actuellement diffusées sur Al Jazira. Les manifestants interrompent, en effet, leurs revendications pour se préparer à la prière du soir.

La même situation, un peu plus tôt dans la journée:

16h27: Un couvre-feu instauré, selon la télévision nationale
Il sera en vigueur entre 18 heures et 7 heures du matin. Soit dans une demi-heure en Egypte (Il est actuellement 17h27 là-bas). Le couvre-feu concerne les villes du Caire, d'Alexandrie et de Suez.

C'est le président Hosni Moubarak qui a pris cette décision «étant donné ce qui s'est passé en province, les émeutes, le désordre, les pillages, les destructions, les agressions et les incendies de biens publics et privés, notamment de banques et d'hôtels», a précisé la télévision d'Etat.

16h19: L'armée déployée au Caire
Selon l'agence de presse Reuters, citant la chaîne américaine CNN, des unités de l'armée auraient été déployées dans les rues du Caire. Selon la télévision nationale, le gouvernement a demandé à l'armée de prêter assistance à al police. D'après une analyste interrogée sur Al Jazira, il s'agit là d'un «signe alarmant».

Le bureau anglais d'Al Jazira a diffusé une carte des points névralgiques des manifestations au Caire:

16h10: Un manifestant tué à Suez dans des affrontements avec la police
L'agence de presse Reuters rapporte qu'un manifestant a été tué à Suez. Le Guardian apporte des précisions concernant l'identité de la victime. Il s'agit d'Hamada Labibi, un chauffeur de trente ans. Il aurait été touché à la tête par un tir des forces de l'ordre, fait savoir le quotidien britannique. 

16h04: L'agence de notation Fitch pourrait réviser la note égyptienne
La note égyptienne pourrait passer de «stable» à «négative», rapporte le site Internet Breaking News sur Twitter. Une conséquence directe des manifestations contre le gouvernement.

15h51: Mohamed El Baradeï a été placé en résidence surveillée
Selon Le Figaro, citant Associated Press, des responsables égyptiens ont fait savoir que le lauréat du prix Nobel de la paix est assigné à résidence ce vendredi, dans la banlieue du Caire. Mohamed El Baradeï a participé aux manifestations de la matinée dans la capitale égyptienne.

 

15h35: En direct des manifestations...
Selon Al-Jazira, les manifestants qualifient le gouvernement d'«illégitime» à Alexandrie. En outre, la correspondante d'Al-Jazira au Caire, Jane Dutton, indique qu'il est très difficile de distinguer les policiers parmi la foule. Ces derniers sont en effet habillés en civil et se fondent parmi les manifestants.

Les policiers seraient actuellement en train de tirer des bombes lacrymogènes sur la foule afin de dégager le pont du 6 octobre au Caire, rapporte le Guardian. Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre seraient de plus en plus violents, selon des images diffusées en direct par Al-Jazira.

Regardez cette vidéo du correspondant de la chaîne anglaise de France 24:

 

15h30: Tirs de balles en caoutchouc, selon BFM TV
La chaîne BFM TV évoque des tirs de bombes lacrymogènes et de balles en caoutchouc de la part des forces de l'ordre afin de disperser les manifestants. Selon l'envoyé spécial de la chaîne, François-Xavier Ménage, il y a beaucoup de fumée dans les rues de la ville. Actuellement, les manifestants se réfugient dans des cages d'escaliers et s'abritent sous l'entrée de l'hôtel Hilton, près du pont du 6 octobre.

14h56: Hosni Moubarak devrait s'adresser aux Egyptiens
C'est ce qu'a assuré un haut responsable du parti au pouvoir, Mustafa al-Fiqi, sur la chaîne Al Jazira. Il a affirmé que Hosni Moubarak s'adresserait au peuple égyptien dans quelques jours. «Autrement, la situation empirera», a-t-il précisé. Il a également déclaré que des «réformes sans précédent» sont nécessaires pour éviter la révolution.

14h49: Des dizaines de blessés et un mort au Caire?
Des dizaines de personnes ont été blessées lors des manifestations antigouvernementales de vendredi au Caire, rapportent des témoins. Pour sa part, Al Jazira fait état d'au moins un mort et de dizaines de blessés sur une place du centre de la capitale égyptienne. La nouvelle du décès n'a pas été confirmée à ce stade.

Un journaliste de Reuters a également aperçu plusieurs blessés ensanglantés portant des blessures à la tête, d'autres s'effondrant à terre, sans que l'on sache exactement la cause de ces blessures compte tenu du chaos règnant dans les rues de la mégalopole.

14h44: Les quatre journalistes français ont été remis en liberté
Les quatre journalistes français interpellés ont été relâchés, selon Le Figaro, cité par France 24.

14h19: Ayman Nour, un des principaux opposants à Moubarak, serait hospitalisé
Le fils d'un des principaux leaders de l'opposition, Ayman Nour, a déclaré en direct sur Al Jazira, que son père avait été transporté dans un hôpital du Caire après avoir été blessé à la tête par une pierre. L'opposant se trouverait actuellement en soins intensifs.

Ayman Nour, chef du «parti de demain», est arrivé deuxième à l'élection présidentielle de 2005. Il a été emprisonné pendant cinq ans.

14h05: Des policiers se joindraient aux manifestants
Selon des informations du Guardian rapportées par son correspondant au Caire dans un enregistrement audio, certains policiers exprimeraient leur soutien aux manifestants du Caire. D'après la chaîne Al Jazira, les forces de l'ordre seraient dépassées par les événements, notamment par le nombre de personnes qui protestent dans les rues de plusieurs villes égyptiennes.

13h57: Selon la chaîne Al Jazira qui suit en direct les événements en Egypte, 40.000 personnes seraient rassemblées à Al Mansourah (au nord-est du Caire) et certaines d'entre elles seraient en train d'attaquer le siège du parti au pouvoir.

12h59: Quatre journalistes français arrêtés au Caire
Quatre journalistes français auraient été arrêtés au Caire, selon le ministère des Affaires étrangères. «Je viens d'etre informé de l'arrestation de plusieurs journalistes francais en Egypte», a déclaré un porte-parole du Quai d'Orsay. Si l'information était confirmée, la France demanderait leur libération immédiate, a-t-il ajouté.

Les quatre journalistes travaillent pour Le Figaro, Le Journal du Dimanche, Paris Match et l'agence photographique Sipa, a-t-on précisé de source diplomatique.

12h56: Un journaliste d'Al Jazira frappé par des policiers au Caire
Un reporter d'Al Jazira a été frappé par des policiers en civil sur un pont du Caire sur lequel des manifestants fuyaient les tirs de grenades lacrymogènes, selon le Guardian.

12h52: Des dizaines de milliers de personnes dans les rues
Des dizaines de milliers de personnes manifestaient dans les rues de plusieurs villes d'Egypte, dont Le Caire, Alexandrie, Al Mansourah, Suez, Assouan, pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak au pouvoir depuis près de trente ans, ont rapporté des témoins.

12h43: Mohamed El Baradeï empêché de circuler librement au Caire
Mohamed El Baradeï serait empêché par la police de circuler librement, selon Al Jazira. Il comptait rejoindre les manifestants après avoir prié dans une mosquée.

12h32: Mobilisation générale dans tout le pays
Des milliers de manifestants ont convergé vendredi vers le centre du Caire et se sont rassemblés dans d'autres villes d'Egypte dont Suez, haut lieu des troubles des derniers jours, ont rapporté des journalistes de Reuters et une organisation d'opposition. La police a fait usage de gaz lacrymogènes à Mansoura, dans le delta du Nil, dit un opposant. Un rassemblement était signalé en outre à Charkia, autre ville du delta. Des centaines de manifestants descendaient par ailleurs dans les rues de Suez.

12h12: Premières interventions policières pour disperser les manifestants au Caire
Des Egyptiens ont entrepris de manifester au Caire, près de la mosquée où Mohamed El Baradeï, partisan de réformes politiques, s'était rendu pour prier, et ils ont appelé à la démission du président Hosni Moubarak. Des policiers sont intervenus pour disperser avec des canons à eau les protestataires, qui scandaient «A bas Hosni Moubarak», a rapporté un témoin. Les manifestants ont répliqué par des jets de pierre contre les forces de l'ordre. Selon la chaîne d'information Al Jazira, les forces de l'ordre ont fait également usage de gaz lacrymogènes. Les manifestants ont déployé des banderoles frappées des mots «Non à la dictature!» et ont appelé à la lutte contre la corruption. Des témoins et la télévision égyptienne ont parlé de plusieurs centaines de manifestants dans le centre du Caire ainsi que dans d'autres villes, dont Suez, haut lieu des manifestations des derniers jours.

12h03: Présence policière massive dans les rues du Caire
Selon les correspondants du Guardian et de Sky News au Caire, de nombreux policiers ont investi tôt ce vendredi matin les rues du Caire et notamment les alentours de la place Tahrir, point central des manifestations dans la capitale égyptienne. Des fourgons de police étaient garés le long des rues menant à la place. Des canons à eau étaient également stationnés non loin des lieux de rassemblement prévus, notamment près de la mosquée Al Azhar et du palais présidentiel.

11h43: La brutalité policière en Egypte évoquée par l'ambassadrice des Etats-Unis au Caire
Un câble écrit en janvier 2009 par l'ambassadrice des Etats-Unis au Caire, dévoilé sur WikiLeaks, révéle que «la torture et la brutalité en Egypte sont endémiques et répandues». «La police utilise des méthodes brutales principalement à l'encontre des criminels de droit commun pour leur extorquer des aveux, mais également à l'encontre des manifestants, de certains prisonniers politiques et spectateurs malchanceux», indique Margaret Scobey.

11h34: L'Internet égyptien ne répond plus
Des internautes ont fait état de l'impossibilité de se connecter à des sites internet et d'envoyer des SMS. Renesys, une société américaine spécialisée dans la veille et l'analyse des données de routage sur Internet, a estimé que le blocage d'Internet constaté ce vendredi était «sans précédent dans l'histoire d'Internet». «Les actions du gouvernement égyptien ont effacé le pays de la carte mondiale», indique la société.

11h30: Ban Ki-Moon appelle les dirigeants égyptiens à la retenue
Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a appelé les dirigeants égyptiens à éviter de nouvelles violences face aux manifestants. Le secrétaire général a également demandé aux dirigeants égyptiens de respecter les libertés de rassemblement et d'information, et d'être à l'écoute de la population. «Je demande aux autorités de voir dans la situation une occasion de répondre aux inquiétudes légitimes de la population», a-t-il indiqué.

La «journées de colère» de mardi, prolongée ces jours derniers, devrait connaître un écho particulièrement important ce vendredi, jour des grandes prières hebdomadaires. 

Parmi les manifestants prêts à descendre dans la rue, on devrait retrouver l'opposant et prix Nobel de la paix, Mohamed El Baradeï, qui s'est dit prêt jeudi à assurer la relève au régime d'Hosni Moubarak, au pouvoir depuis trente ans. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article