Suivez en direct les événements en Egypte ce samedi: L'armée invite la population à respecter le couvre-feu

Publié le par actu

12h20: Des manifestants se rassemblent devant la morgue de Suez
Une centaine de personnes se sont rassemblées samedi devant la morgue de la ville de Suez, dans l'est de l'Egypte, où, selon elles, se trouvent les cadavres de 12 personnes tuées la veille lors des manifestations hostiles au gouvernement. Des femmes assises sur un muret près de la morgue ont pleuré et crié lorsqu'une ambulance a amené un nouveau corps.

12h06: Le siège de la Sûreté de l'Etat attaqué à Rafah
Selon la chaine d'information I>Télé, l'attaque du siège de la Sûreté de l'Etat à Rafah par des manifestants aurait fait trois morts dans les rangs de la police.

11h50: Affrontements entre des milliers de manifestants et la police à Alexandrie
Des milliers de manifestants ont affronté la police samedi à Alexandrie, dans le nord de l'Egypte, et des tirs à balles réelles ont été effectués, a rapporté un journaliste de Reuters. Le bilan des manifestations contre le président Hosni Moubarak, qui a imposé un couvre-feu dans tout le pays, s'élève à 20 morts à Alexandrie depuis vendredi, a ajouté ce témoin.

11h25: Deux enfants parmi les 30 cadavres amenés à l'hôpital du Caire
Trente cadavres ont été amenés à l'hôpital El Damardach du Caire vendredi entre 13h et 23h, durant les manifestations hostiles au président Hosni Moubarak, a-t-on appris samedi de source hospitalière. Parmi ces corps figuraient ceux de deux enfants âgés de 4 et 7 ans, a-t-on ajouté de même source.

11h14: Les déclarations de Moubarak sont «insultantes», estime Mohamed ElBaradei
L'opposant Mohamed ElBaradei, interviewé par la chaîne France 24. a estimé que les déclarations d'Hosni Moubarak étaient insultantes et invité le président égyptien à quitter le pouvoir.

10h56: L'armée met en garde les manifestants
Les forces armées égyptiennes invitent la population et les manifestants à ne pas se rassembler aujourd'hui et à respecter le couvre-feu. «Les forces armées invitent les citoyens à ne pas se réunir et à respecter le couvre-feu», a rapporté la télévision publique égyptienne, ajoutant que les contrevenants encouraient des «procédures judiciaires».
Si vous souhaitez retrouvez des vidéos de la situation sur place, c'est par là.

10h47: Le gouvernement invite les Français «à différer tout voyage» non urgent en Egypte
Le ministère français des Affaires étrangères, intégrant la recommandation vendredi du secrétariat d'Etat au Tourisme de suspendre les départs ce week-end pour l'Egypte, conseillait samedi sur son site internet aux Français de «différer tout voyage» non urgent vers ce pays. Près de 4.000 touristes français seraient actuellement en Egypte.

10h40: Les téléphones portables fonctionnent de nouveau
Les services de téléphonie mobile ont commencé à fonctionner de nouveau samedi au Caire au lendemain de leur suspension lors de manifestations hostiles au président égyptien Hosni Moubarak. Il n'était toutefois toujours pas possible d'envoyer des messages par SMS.

10h32: Des affrontements violents ont lieu à Ismaïliya
Selon plusieurs témoins, des manifestants et des policiers s'affronteraient en ce moment à Ismaïlyia, une ville située au nord de Suez.

10h10: Un supermarché français pillé au Caire
Selon I>Télé, un supermarché Carrefour aurait été pillé dans la périphérie du Caire sous les yeux de l'armée.

10h: «Le nouveau gouvernement devrait être formé très rapidement aujourd'hui»
Le gouvernement égyptien va officiellement présenter sa démission ce samedi lors d'un conseil des ministres censé débuter à midi (10h GMT) et un nouveau cabinet sera formé très rapidement, a déclaré un porte-parole. «Nous nous rendons précisément maintenant à une réunion, qui devrait débuter dans une heure, pour démissionner», a déclaré Magdy Rady, porte-parole du gouvernement, à Reuters. «Le président annoncera le nom du prochain Premier ministre. D'après ce que j'ai compris de ce qu'a dit le président, le gouvernement devrait être formé très rapidement aujourd'hui», a-t-il ajouté.

9h50: Au mois 20 morts à Alexandrie
Al Djazira a rapporté samedi que l'un de ses journalistes avait vu plus de 20 cadavres à Alexandrie, en Egypte, après des affrontements la veille entre manifestants hostiles au régime d'Hosni Moubarak et forces de l'ordre. La chaîne d'informations qatarie n'a pas fourni plus de détails.

9h45: Des tirs à balles réelles entendus au Caire
La police égyptienne a tiré samedi à proximité des manifestants rassemblés dans des rues menant à la place Tahrir dans le centre du Caire mais on ignore s'il s'agissait de tirs à balles réelles ou en caoutchouc, a rapporté un journaliste de Reuters. Les manifestants ont fui la police, déployée près de véhicules militaires.

9h30: Plusieurs centaines de manifestants se rassemblent au Caire
Plusieurs centaines de manifestants se sont de nouveau rassemblés samedi dans le centre du Caire pour réclamer le départ d'Hosni Moubarak quelques heures seulement après la promesse de formation d'un nouveau gouvernement formulée par le président égyptien. «Dégage, dégage», ont scandé ces manifestants rassemblés sur la place Tahrir, sous l'oeil de l'armée déployée en masse au lendemain des vastes rassemblements hostiles à Moubarak, au pouvoir depuis 1981. «Tranquille, tranquille», a lancé la foule aux militaires.

Les manifestants étaient de retour dans la rue quelques minutes après la fin du discours d'Hosni Moubarak qui n'est pas parvenu à les rassurer. «Il n'a jamais été question du gouvernement. C'est toi (Moubarak) qui doit partir! Tu en as suffisamment fait!», a réagi un manifestant.

«Nous sommes dans l'inconnu»

Dans une allocution télévisée, Moubarak a montré sa volonté de rester au pouvoir en agitant une modeste carotte - en reconnaissant officiellement les frustations économiques des manifestants - et un gros bâton, en déployant des véhicules militaires dans la capitale et d'autres villes.

Si la classe moyenne égyptienne familière des réseaux sociaux sur Internet a donné l'impulsion des manifestations, la mobilisation a rassemblé vendredi des Egyptiens de tout bord et de toute classe sociale. Les populations les plus modestes, qui dépendent des subventions d'Etat pour se nourrir, pourraient toutefois être tentées d'attendre de voir si Moubarak tient ses promesses avant de se confronter à l'armée dans les rues.

«Nous allons voir comment les gens réagissent mais je ne pense pas que cela sera suffisant. Je ne veux pas parier sur les chances de survie. Nous sommes dans l'inconnu», a indiqué Anthony Skinner, directeur associé à Maplecroft, société spécialisée dans les risques.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article