Ségolène Royal piégée par le Web: "L'erreur est humaine"

Publié le par actu

Sur son site, la socialiste a cité un anti-esclavagiste. Un personnage... fictif selon les historiens.

Ségolène Royal au Zénith le samedi 27 septembre 2008
Ségolène Royal au Zénith le samedi 27 septembre 2008
MAXPPP

Ségolène Royal s'est fait avoir par une histoire très probablement fausse circulant sur le Web. Dans un texte paru le 10 mai sur son site officiel "Désirs d'avenir", à l'occasion de la Journée nationale de commémoration de l'esclavage, la présidente de la Région Poitou-Charentes a fait référence à un anti-esclavagiste, un certain "Léon-Robert de L'Astran"... Un personnage fictif, selon plusieurs historiens.

Dans un communiqué, envoyé par mail, sa conseillère Sophie Boucher-Petersen a pris la plume pour reconnaître l'erreur. "Errare humanum est ! (L'erreur est humaine, en latin). J'avoue être l'auteure de la référence à Léon-Robert de L'Astran, opposant à l'esclavagisme dont on aurait aimé qu'il existât, tant l'histoire était belle. Tel n'est malheureusement pas le cas."

Dans le texte signé par Ségolène Royal, il était décrit comme un "humaniste et savant naturaliste mais également fils d'un armateur rochellais" et qui "refusa que les bateaux qu'il héritait de son père continuent de servir un trafic qu'il réprouvait.".

Le site de Ségolène Royal

La véracité de ce récit sur de L'Astran a été mise en cause par plusieurs historiens interrogés dans Sud Ouest ce lundi.

"On ne retrouve sa trace dans aucune archive, il est le fruit de l'imagination de quelqu'un qui s'est peut être inspiré d'histoires réelles de fils de négriers", confirme l'historien Jacques de Cauna du Centre International de Recherches sur l'Esclavage, sur LePoint.fr.

Mais quelle est l'origine de cette histoire ?

Ce serait un membre du Rotary Club de la Rochelle qui aurait évoqué pour la première fois de L'Astran sur le site de l'association il y a plus de trois ami et demi selon Sud Ouest. Mais, joint par le quotidien, le membre
a maintenu que Léon-Robert de L'Astran était bien un personnage réel, sans donner preuves.

Plusieurs sites ont ainsi repris son histoire, piégeant ainsi la conseillère de Ségolène Royal.
Une page Wikipédia sur de L'Astran avait été même créée en janvier 2007 mais elle a été supprimée aujourd'hui.

D'autres personalitées se sont faites piéger par un personnage fictif. En février, le site Bibliobs révelait que Jean-Baptiste Botul, cité comme référence philosophique par Bernard-Henri Lévy dans un de ses livres,
était en réalité un personnage inventé par un journaliste du Canard Enchaîné.

Publié dans actualité politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article