Second jour de violences en Grèce

Publié le par actu

Comme dimanche, des manifestants s'en sont pris lundi aux forces de l'ordre

T.
Comme dimanche, des manifestants s'en sont pris lundi aux forces de l'ordre

Des heurts ont opposé lundi quelques centaines de jeunes à la police dans les rues d'Athènes. Ils ont eu lieu en marge de manifestations commémorant la mort d'un adolescent tué l'année dernière par un policier.

Des images que la Grèce ne pensait plus revoir. Lundi encore, des affrontements entre quelques centaines de jeunes et les forces de l'ordre ont agité les rues d'Athènes. Comme dimanche, une manifestation d'étudiants et de lycéens, en mémoire d'un adolescent tué par un policier grec il y a un an, a dégénéré.

Le 6 décembre 2008, Alexis Grigoropoulos, 15 ans, était tué par une balle tirée par un policier à Exarchia, dans le centre d'Athènes, un quartier de bars et de cafés considéré comme fréquenté par des anarchistes. Sa mort avait donné lieu à des émeutes dans les rues de la capitale, puis dans plusieurs dizaines de villes du pays. Les violences avaient duré un mois.

Projectiles contre les vitrines, gaz lacrymogènes

Depuis deux jours, 6000 policiers sont donc déployés à Athènes pour contenir les débordements des manifestations commémoratives. Dimanche, en marge du premier cortège, des affrontements sporadiques avaient déjà fait 30 blessés, dont 28 légèrement atteints, la plupart des policiers. Lundi matin, alors que le cortège, composé de 5000 personnes selon une source policière, se dirigeait vers le parlement, un groupe s'en est pris à un cordon de forces anti-émeutes à coups de jets de pierres. Les policiers ont répliqué en chargeant et neuf personnes ont été interpellées. Plusieurs autres groupes se sont ensuite faufilés dans le défilé, lançant des projectiles contre les vitrines et les forces de l'ordre, qui ont tiré des gaz lacrymogènes.

La manifestation s'est ensuite poursuivie dans le calme et se dirigeait en milieu d'après-midi vers la place Syntagma, au centre de la capitale, où est situé le parlement. Le 20 janvier prochain doit s'ouvrir le procès pour meurtre du policier inculpé dans le cadre de l'enquête sur la mort d'Alexis Grigoropoulos, et d'un autre pour tentative de meurtre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article