Sarkozy à Saint-Pétersbourg : de gros contrats à la clé

Publié le par actu

Nicolas Sarkozy profitera du Forum économique international de Saint-Pétersbourg pour conclure une vingtaine de contrats ou partenariats avec la Russie, notamment dans l'aéronautique, l'énergie et les transports.

La fusée russe Soyouz
La fusée russe Soyouz © TF1/LCI

Une vingtaine de contrats ou partenariats seront conclus entre la France et la Russie à l'occasion du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, dont l'achat par le groupe Arianespace de dix lanceurs russes Soyouz, a indiqué mercredi l'Elysée.

Ces fusées seront tirées de la base de Kourou, en Guyane, pour mettre en orbite des satellites géostationnaires. Fruit d'un accord franco-russe signé en 2003, le tir de fusées Soyouz depuis Kourou, tout proche de l'Equateur, leur permet d'emporter une charge utile supérieure d'un tiers environ à ce qu'elles peuvent faire depuis Baïkonour (Kazakhstan). Le premier tir, initialement prévu en 2009, a été plusieurs fois différé et doit désormais intervenir au dernier trimestre 2010.

A la veille de l'ouverture du Forum de Saint-Petersbourg, où Nicolas Sarkozy est attendu samedi, la présidence française a indiqué qu'une vingtaine de contrats devraient être signés à cette occasion, certains n'étant que des confirmations d'accords déjà annoncées.

Pas de négociations concernant le Mistral 

Ainsi GDF Suez signera le contrat final sur sa participation au gazoduc North Stream avec le Russe Gazprom et deux entreprises allemandes, tandis que son concurrent EDF devrait formaliser sa prise de participation à South Stream, l'autre grand projet de gazoduc russe vers l'Europe. Enfin le groupe industriel Alstom va confirmer son partenariat avec le constructeur de trains russe Transmashholding (TMH) portant sur la livraison de 200 locomotives électriques de fret aux Chemins de fer kazakhs, un accord dévoilé début juin. Un autre accord portera sur la fourniture par Alstom de 200 locomotives aux chemins de fer russes, la présidence de la République évoquant pour les deux contrats du groupe français un montant total dépassant 1 milliard d'euros.

L'Elysée a souligné qu'il n'y aurait, à l'occasion du Forum, aucune annonce à propos du navire de guerre français Mistral. La Russie avait annoncé récemment
son intention d'en commander quatre exemplaires, mais certains aspects de cette commande controversée sont toujours en négociations.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article