Rugby : les Clermontois lancent le XV de France sur de bonnes bases

Publié le par actu

Julien Malzieu auteur du splendide deuxième essai français.

Julien Malzieu auteur du splendide deuxième essai français.
| AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

Ça, c’est fait ! A défaut de convaincre totalement, l’équipe de France a pris sa revanche probante sur l’Italie (30-12), un an après le fiasco de Flaminio (défaite 22-21). Habitués à débuter le Tournoi des six nations de manière approximative, les Bleus, qui ont joué en Blanc, on fait le nécessaire pour éviter à Philippe Saint-André de débuter son mandat de sélectionneur la tête basse.


Stade de France réfrigéré. Dans un Stade de France transformée en enceinte réfrigérée, les hommes de Saint-André ont mis du temps à prendre leurs marques. Un grossier en-avant de Yachvili dès la troisième minute a permis à la mêlée italienne de montrer sa supériorité dans ce secteur qui lui est cher. Chahutés devant, les Français ont laissé l’initiative du jeu aux transalpins, une nouvelle fois déterminés à déjouer les pronostics. Sevrés de ballons, les trois-quarts aux maillots blancs n’ont dû qu’à quelques initiatives de pouvoir se montrer. Pour près de deux ans après sa dernière sélection, Julien Malzieu a prouvé qu’il avait toujours les jambes pour faire la différence au niveau internationale. Repris de justesse dans le camp italien après une percée de 50 mètres, l’ailier clermontois a manqué de peu d’inscrire un premier essai au bout de 10 minutes.

Rougerie intraitable. Autre joueur de l’ASM particulièrement inspiré, Aurélien Rougerie s’est montré intraitable en défense et tranchant dans la ligne d’attaque. Le papa des lignes arrières a d’ailleurs aplatit le premier dans l’en-but adverse en s’arrachant pour échapper aux placages italiens. En menant 10-3 après 20 minutes, les pensionnaires finalistes du dernier mondial ont donné l’impression d’avoir fait le break, avant un relâchement coupable d’un quart d’heure qui a semblé interminable à Patrice Lagisquet. Assis en tribune aux côté du sélectionneur, l’entraîneur en charge de la défense et des trois-quarts français n’a cessé de gesticuler en maugréant, sans doute exaspéré par le manque d’inspiration dans le jeu au pied de ses protégés, les ballons rendus en touche à l’adversaire et les erreurs de placement défensif.

Exploit de Malzieu. C’est un nouvel exploit individuel de Malzieu, dans le prolongement d’une charge de Picamoles, qui a permis aux français de se donner un peu d’air (15-6, 35e). Sans doute bien aidés par les précieux conseils de leur nouveau sélectionneur, Jacques Brunel, adjoint de Bernard Laporte en équipe de France de 1999 à 2007, les Italiens ont continué a jouer à merveille leur rôle de poison, obligeant leurs hôtes à procéder par contre.

Le 32e essai de Vincent Clerc. Peu avant l’heure de jeu, un coup de pied de footballeur de François Trinh-Duc permet à permis à Vincent Clerc de filer inscrire derrière les poteaux son 32e essai en équipe de France. Le Toulousain égale ainsi la performance de Philippe-André et partage avec son sélectionneur la place de deuxième meilleur marqueur d’essai de l’histoire du XV tricolore, 6 longueurs derrière Serge Blanco (38).

Pour lancer des joueurs frais et profiter d’un début de fatigue des Italiens, Poux, Maestri, Szarzewski et Harinordoquy ont fait leur entrée dans le dernier quart d’heure. A défaut d’éliminer les fautes au sol et dans le jeu courant, cette de puissance à permis de faire reculer le pack transalpins. Usé par les coups de boutoir, les Bleus azurs ont fini par céder, permettant au trois-quarts centre Wesley Fofana, excellent pour ses débuts en équipe de France, d’inscrire un essai dès sa première sélection. A 30-12 à moins de dix minutes du terme, les spectateurs frigorifiés ont pu se réchauffer en lançant une Marseillaise pleine de sérénité.

L'Irlande dans une semaine. Avec quatre essais et un score confortable, Thierry Dusautoir et ses partenaires ont le droit de profiter du banquet. Mais il ne faudra pas prolonger la fête trop longtemps et vite se remettre au travail. Dans une semaine, au même endroit, il faudra sans doute en montrer davantage contre l’Irlande.

LeParisien.fr

 

suivez nous sur twitter: @martin76130

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article