Renault : 12 000 m2 d'entrepôts ravagés par le feu à Grand-Couronne

Publié le par actu

Le feu au CKD Renault de Grand-Couronne est maîtrisé. Vers 10 h ce mardi, après plusieurs heures d'efforts des pompiers, la situation est redevenue normale autour de l'usine.

Le feu dégage une épaisse fumée noire, visible à une vingtaine de kilomètres à la ronde

Stéphanie Jaume

 

Le feu à l'usine Renault de Grand-Couronne a été maîtrisé. Il s'était déclaré dans un des entrepôts de stockage qui abritent des pièces détachées ( moteurs, boite de vitesse...) vers 6 h 30 ce mardi matin. Une épaisse fumée noire était visible jusqu'à l'A13 et Rouen. Sur place, les pompiers de la Seine-Maritime ont déployé d'importants moyens pour venir à bout du sinistre. Deux hangars, d'une superficie totale de 12 000 m2, ont été entièrement détruits par le feu et se sont écroulés. Il n'y a pas eu de blessé.  Seulement une dizaine de salariés se trouvaient dans l'usine.
Fumées toxiques ?
Une équipe spécialisée a été chargée d'analyser le contenu des fumées dégagées au dessus du brasier afin de déterminer sa toxicité. Une section de la compagnie départementale d'intervention (CDI) a été dépêchée sur les lieux de l'incendie par le commissaire François Angelini, directeur adjoint de la sécurité publique, dans le but de sécuriser la zone. D'autant que des risques d'explosion n'étaient pas à écarter compte tenu de la présence à proximité de bouteilles d'oxygène et d'une cuve de gaz.
Les services de police invitent les habitants à rester calfeutrés chez eux dans l'attente des résultats de l'analyse des fumées.
Le chef de cabinet du préfet, Jean-Christophe Bouvier, est venu sur place.
Des "conséquences momentanées"
Grand-Couronne est une plateforme de logistique internationale qui a pour principales missions l’approvisionnement, le conditionnement, l’importation et l’exportation de pièces et organes automobiles de première monte en Europe et hors Europe.
Cet incendie pourrait avoir, selon Didier Joly, le directeur du site, des "conséquences momentanées" sur l'approvisionnement en moteurs, boites de vitesse et autres pièces détachées des sites d'assemblage Renault en France comme Sandouville.

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article