Pour la première fois en France, un compte Twitter pédophile dénoncé par les internautes

Publié le par actu

 

5
 
 
 
 

Un compte diffusant des images à caractère pédo-pornographiques a été suspendu hier après-midi par le réseau social après la mobilisation exceptionnelle d'utilisateurs français et étrangers, a indiqué le réseau de microblogging dans un message.

"Account suspended (compte suspendu en anglais)", pouvait-on lire en cliquant sur le compte de @many501611, repéré et dénoncé peu après 17 heures par de premiers tweets. pour ses images à caractère pédophile.

"On stop les blagues les twittos la c'est du serieux ! Signalez moi ce pourri: @many501611 #pedophile ", a tweeté @Leila_Bichon, qui était une des premières à dénoncer le compte.

La mobilisation de la twittosphère s'est accrue au fil des minutes et certains utilisateurs ont tweeté l'adresse internet de la plate-forme officielle du ministère de l'Intérieur dédiée à la dénonciation des contenus illicites d'internet, dont la pédo-pornographie.

C'est la première fois qu'un signalement de ce genre concerne un compte twitter.

Une fois reçus, les signalements sont pris en compte par la plate-forme qui, si elle le peut, en visualise le contenu, en définit le caractère illicite ou non, puis propose une qualification juridique.

Si le site concerné est situé en France, un service d'enquête de police ou de gendarmerie prend les investigations en charge avec, le cas échéant, l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet concerné.

S'il s'agit d'un site basé à l'étranger, le signalement est transmis à Interpol qui l'oriente alors vers les autorités judiciaires du pays défini.

Selon les constatations de jeanmarcmorandini.com, cette nuit, vers 4 heures du matin, deux autres adresses Twitter étaient signalées sur internet comme étant celles de pédophiles.

Ces comptes diffusent quasi uniquement des photos de jeunes filles nues et visiblement mineur.

A noter, en revanche, qu'au même moment, Twitter a refusé de livrer à la police les identifiants d'un internaute qui avait pourtant annoncé son intention de perpétrer une tuerie dans un théâtre new-yorkais, pour imiter le massacre d'Aurora.

Le réseau social s'est en tenu à une interprétation très stricte de ses règles de protection de la vie privée, en exigeant que la police fournisse d'abord un ordre signé par un juge.

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article