Michelle Obama en vacances à Marbella, l'Espagne se frotte les mains

Publié le par actu

La première dame américaine a jeté son dévolu sur un hôtel de luxe de la station balnéaire espagnole pour des vacances avec sa fille Sasha. Barack Obama fêtera ses 49 ans, mercredi, aux Etats-Unis... sans ses girls.
 
Michelle Obama Sasha Villa PadiernaA droite, Michelle Obama et sa fille Sasha et à gauche, la propriété de la Villa Padierna où la première dame américaine va séjourner du 4 au 8 août 2010, à Marbella © Abacapress.com/Villa Padierna

Les vacances présidentielles sont toujours scrutées de près par la presse et ses commentateurs. Celles du président des Etats-Unis et de sa famille ne font pas exception à la règle. Ainsi, c'est sous la plus haute surveillance, tant américaine qu'espagnole, que va se dérouler la visite de la première dame américaine, à Marbella, dans le sud de l'Espagne, dès ce mercredi.


 
Du 4 au 8 août, Michelle Obama posera, en effet, ses valises, dans un hôtel de la station balnéaire huppée de la Costa del Sol, lors d'un séjour décrit par la Maison Blanche comme "un voyage privé mère-fille", l'épouse de Barack Obama voyageant avec sa plus jeune fille Sasha, âgée de neuf. Le président des Etats-Unis fêtera donc sont 49è anniversaire, seul, Outre-Atlantique, mercredi, tandis que sa fille aînée, Malia, âgée de 12 ans, participe à un camp d'été dans son pays natal. Michelle Obama, dont ce sera la première visite en Espagne depuis son accession à la présidence, profitera également de l'occasion pour aller saluer le roi Juan Carlos, à Majorque, dans les Iles Baléares, le 8 août, dans la résidence d'été du souverain, le Palais Marivent.
 
"Marbella, l'ancien paradis des gangsters"
 

Cette visite au roi d'Espagne mise à part, Michelle Obama et sa fille jouiront des services de l'hôtel la Villa Padierna, propriété du Ritz Carlton à Marbella, où d'après le quotidien The Daily Mail de lundi, elles ont réservé 30 chambres. Cette source note que, dans cet établissement, agrémenté d'un golf de 18 trous et d'un spa de 2000 mètres carrés, les prix s'échelonnent de 253 euros par personne pour une simple chambre à 5000 euros pour une villa privée. La presse américaine ne se prive pas de livrer tous les détails des menus des cinq restaurants de la propriété, sans compter les activités auxquelles pourraient s'adonner Michelle Obama et les proches qui l'accompagnent.
 
Le Daily Mail critique, néanmoins, le coût du service de sécurité chargé d'assurer la protection de la première dame américaine et de sa fille, soulignant qu'il est financé par les taxes publiques du citoyen américain. Dans un article titré, lundi, en ces termes : "La première dame se rend en vacances à Marbella, l'ancien paradis des gangsters, avec sa fille Sasha", le quotidien observe, de plus, que la visite de Michelle Obama est une importante publicité touristique pour la Costa Del Sol, rebaptisée par ses soins  en "Costa Del Crime" ("La Costa du Crime"), en référence à la réputation de corruption et de malversations que ce serait forgée cette région, depuis 2000. "Marbella se bat maintenant pour restaurer sa réputation des années 60, époque à laquelle la côte sud de l'Espagne était fréquentée par les Kennedy et leurs semblables, les aristocrates européens et les actrices d'Hollywood", peut-on lire dans le quotidien.
 
800 millions d'euros en publicité
 

Nul doute que pour la région de Marbella, ce voyage présidentiel ne soit une aubaine médiatique. D'après le média espagnol El Periodico de Catalunya, mardi, une banderole géante de bienvenue à Michelle Obama a été installée à l'entrée de l'hôtel, où le service de sécurité est impressionnant. Lundi, le directeur de la Villa Padierna s'est félicité, dans la presse espagnole : "Cette visite est très positive pour la reconnaissance de la qualité du tourisme à Marbella et dans sa région." La maire de la station balnéaire fait remarquer que "Michelle Obama aurait pu se rendre n'importe tout dans le monde" mais qu'elle "a choisi Marbella", soulignant que cette visite fera disparaitre les connotations négatives encore attachées à la ville.
 
Bref, les bénéfices médiatiques de ce voyage sont de taille. D'après une étude du bureau de sondage espagnol Oak Power Comunicacion, relayée par le quotidien El Pais, mardi, les répercussions publicitaires de cette visite  pour la région de Marbella s'élèveraient à quelque 800 millions d'euros, avec plus de 50.000 informations publiées sur le sujet, par tous les médias impliqués dans la couverture de l'événement : 660 télévisions, 2500 quotidiens, 2100 médias en ligne, 950 revues généralistes et 900 spécialisées.
 
Visite dans le Golfe du Mexique
 

Mais ce qui intéressa, bientôt, encore plus les Américains que ce voyage en Espagne, c'est la visite que fera le président américain et sa famille en Floride, dans la région sinistrée par la marée noire du Golfe du Mexique, du 14 au 15 août. D'après le quotidien américain USA Today, lundi, "le président s'est fait critiquer pour avoir pris des vacances, pendant que cette région, très populaire auprès des touristes, subit la fuite du pétrole".
 
USA Today rapporte les propos du président de l'association touristique américaine, à l'annonce du séjour de Barack Obama, sur la côte du Golfe du Mexique : "Nous applaudissons la venue du président en vacances dans la zone sinistrée. Cela montre que la côte du golfe est propre et ouverte au tourisme." Enfin, le président et sa famille se rendra, comme l'année dernière, à Martha's Vineyard, du 19 au 29 août, l'ile de l'état de Massachusetts, résidence d'été de la jet set américaine.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article