Masters1000 de Madrid: Les belles promesses de Rezai

Publié le par actu

La joueuse de tennis française, Aravane Rezai, lors de sa victoire à Madrid contre Jelena Jankovic, le 13 mai 2010

 
La joueuse de tennis française, Aravane Rezai, lors de sa victoire à Madrid contre Jelena Jankovic, le 13 mai 2010/C.Moya/Sipa

TENNIS - La Française, demi-finaliste face à Safarova, renaît à une semaine de Roland-Garros...

Plus personne n’arrête Aravane Rezai à Madrid. La cogneuse française a écarté Jelena Jankovic, vendredi soir en quart de finale du tournoi de Madrid (7-5, 6-4). Ce nouvel exploit permet à la Stéphanoise, entraînée depuis peu par Patrick Mouratoglou, de défier Lucie Safarova en demi-finale, samedi. Il s'inscrit aussi dans la lignée d'une belle semaine pour la 24e joueuse mondiale qui, après avoir battu Justine Henin au premier tour, a enchaîné sur trois matchs extrêmement solides.

Jeudi, elle n'avait pas cillé lorsque l'Allemande Andrea Petkovic avait défendu ses cinq premières balles de match. Vendredi non plus, Rezaï n'a pas tremblé lorsqu'elle a gaspillé ses cinq premières balles de premier set à 5-3 et 5-4, continuant à frapper de toutes ses forces jusqu’au dernier point. «Je n'ai jamais joué quelqu'un qui frappe la balle aussi fort tout le temps. Peu importe que la balle soit haute ou basse, elle cogne. C'est son jeu», témoigne Jankovic. Au deuxième set, Rezaï n'a pas flanché non plus lorsque Jankovic a repris un break de retard pour tenir bon jusqu'au bout et s'offrir ainsi son troisième Top 10 de sa carrière, après Maria Sharapova en 2007 et Dinara Safina en 2009.

L'art d'enchaîner les matchs


«C'est le mental qui a fait la différence, avance la joueuse d'origine iranienne. J'ai continué à me battre, comme à la fin du premier set qui a été la clé du match. Ce n'est pas ma plus belle victoire car je n'ai pas très bien joué en fait. Enchaîner les matchs comme ça est nouveau pour moi. Il fallait que je me remette dedans.»

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article