Lyon perd la main

Publié le par actu

Arjen Robben célèbre son but contre Lyon en demi finale de Ligue des champions, le 21 avril 2010 à Munich

Arjen Robben célèbre son but contre Lyon en demi finale de Ligue des champions, le 21 avril 2010 à Munich/V.KESSLER/REUTERS

FOOT - Depassé par le Bayern Munich (1-0)...

 

Franck Ribéry a l’air hagard sur la pelouse de l’Allianz Arena. La tête de celui qui trouve que le sort s’acharne un peu trop sur lui en ce moment. C’est la trente-septième minute et Roberto Rosetti, l’arbitre de la rencontre, vient de le renvoyer au vestiaire pour un tacle appuyé sur la cheville de Lisandro.

 

Pourtant, en trente-sept minutes, l’international français, pris dans la tourmente d’une embarrassante affaire de mœurs, a tout fait pour montrer que sur le terrain, il était toujours irréprochable. Heureusement pour eux, les Bavarois ont d’autres armes que le feu follet de Boulogne-sur-Mer pour mettre le feu à une demi-finale d’une intensité terrible.

Robben l'artificier

A Munich, l’artificier s’appelle Arjen Robben, 14 buts et six passes décisives lors des 21 derniers matchs. Il frappe encore à vingt minutes de la fin, sur une frappe lointaine déviée par le dos de Thomas Müller. L’Allianz Arena explose, tout comme les coéquipiers du Néerlandais, soulagés de voir enfin une frappe rentrer, après de multiples occasions hors cadre ou vendangées. De quoi enfoncer un peu plus des Lyonnais sous l’eau depuis le retour des vestiaires et privés de Jérémy Toulalan, exclu pour deux interventions un peu trop appuyées au goût de Roberto Rossetti, pas vraiment fan du tacle à la française sur ce match.

Incapables de contrôler le ballon et encore moins de porter le danger dans la moitié de terrain bavaroise, pour tout dire, de s’élever à la hauteur de l’événement, les Lyonnais ont surtout cherché à éviter de prendre un but, puis à échapper à une défaite trop lourde. Un peu court pour une équipe qui aspire à disputer la première finale de Ligue des champions de son histoire. Mais l’essentiel est toujours sauf. Comme l’avaient demandé Claude Puel et Hugo Lloris la veille, Lyon n’a pas hypothéqué ses chances pour le match retour. C’est mince, mais c’est déjà ça.

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article