Ligue 1 : les leaders tombent comme la neige !

Publié le par actu

 

Le plus haut sommet du championnat porterait-il la poisse ?

En tout cas, ni Lyon, ni le P.S.G ou bien encore Rennes ne sont parvenus hier à le ravir aux Lillois qui, malgré un score de parité (1-1) face à Saint-Etienne, passeront les fêtes confortablement installé sur le trône français.

Avec un match en retard, le LOSC compte un point d'avance sur le club de la capitale, Rennes et l'OL qui vient pointer le bout son nez. 

Moussa Sow (Lille) après son but face à Saint-Etienne.

Moussa Sow (Lille) après son but face à Saint-Etienne.

Pourtant, les joueurs de Rudi Garcia, libérés à un quart d'heure du terme par une nouvelle réalisation de Sow, se sont fait immédiatement rejoindre à cause d'une faute d'arbitrage comme le souligne l'Equipe.fr

Après une série de treize matches sans défaite, le Paris-Saint-Germain a de son côté chuté sur la pelouse pourtant très accueillante de Nancy (2-0) avec un doublé du Marocain Hadji. Les coéquipiers de Nenê avaient été par ailleurs rapidement réduits à dix. Comme depuis le début de la saison, le leadership a inhibé les envies parisiennes.

Mais l'entraîneur Antoine Kombouaré relativise ce faux-pas d'un club qui reste posté en deuxième position : « L'année se termine mal, mais il ne faut pas oublier tout ce que les joueurs ont produit depuis le début du championnat", tempère t-il. Avant de revenir tout de même sur la sanction adressée à son défenseur Sakho : "Je n'ai pas vu les images et je ne veux pas les revoir. Cela ne changera rien. Il est évident que c'est devenu plus compliqué, et j'aurais bien voulu savoir ce que ce match aurait donné à onze contre onze".

Du côté du Rhône, la tradition a été respectée puisque l'OL a buté sur la marche auxerroise (1-1), un nouveau coup d'arrêt pour la dernière rencontre à domicile qui court depuis 2000. Néanmoins, Claude Puel pourra féliciter ses hommes d'avoir été leaders à la mi-temps avant de se faire rattraper immédiatemment.

Il faut dire le Lyon a du mal à digérer cette contre-performance où l'arbitrage (encore) n'est pas exempt de tout reproche : "D'autant que le but d'Auxerre est hors jeu. Il change la donne. Après, on a accusé le coup, on s'est exposé aux contres et on aurait pu être punis" regrette amérement Claude Puel.

De la même manière, Rennes n'a pas dérogé à la règle et n'a rien rapporté de son déplacement en Normandie où Caen a pu se refaire une santé (1-0). Malgré ce succès attendu depuis deux mois, les joueurs de Franck Dumas restent dans la zone rouge mais redonne espoir : "On n'a pas à regarder ce que font les autres. Cela redonne confiance au groupe. On s'était préparés à combattre. Le résultat est génial, mais il n'y a rien d'exceptionnel" relativise Dumas.

Caen encore relégable, la faute au succès dans les derniers instants de Monaco face à Sochaux (2-1) grâce notamment à Park. En difficulté également, Lens n'est pas parvenu à conserver ses deux d'avance à la mi-temps chez l'ancien champion Bordeaux avant d'être finalement repris sur le fil (2-2). Mais pas de quoi faire décolérer l'entraîneur girondin, ulcéré par les erreurs de ses joueurs : "On a fait n'importe quoi, surtout en fin de première mi-temps ; on a manqué d'engagement dans les duels et on a laissé beaucoup d'espaces. Tout le monde est parti à l'abordage et personne ne s'est replacé. J'avais l'impression d'avoir une équipe de pupilles !"

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article