Libye: 103 morts dans le crash d'un avion venant d'Afrique du sud

Publié le par actu

Des débris de l'avion de la compagnie Al Afriqiyah qui s'est écrasé à Tripoli, mercredi 12 mai 2010.

Des débris de l'avion de la compagnie Al Afriqiyah qui s'est écrasé à Tripoli, mercredi 12 mai 2010./PHOTO/MAHMUD TURKIA

AVION - Seul un petit garçon de 8 ans aurait survécu...

 

Cent trois personnes, dont 92 passagers et 11 membres d'équipage, sont mortes dans le crash d'un avion d'une compagnie libyenne à l'aéroport de Tripoli, ce mercredi, selon des sources aéroportuaires libyennes. Un enfant néerlandais de 8 ans a été retrouvé vivant dans les décombres. Ce serait le seul survivant. Il a été conduit dans un hôpital de Tripoli et «ses jours ne sont pas en danger», a indiqué le ministre des Transports libyen, Mohamed Zidane. Contacté par 20minutes.fr, le Quai d'Orsay ne dispose pas pour l'instant d'informations sur la présence ou non de ressortissants français à bord de l'avion.

Ce dernier a écarté «de manière définitive» l'hypothèse d'un acte terroriste.

Plusieurs Néérlandais à bord

Plusieurs dizaines de Néerlandais se trouvaient à bord de l'avion selon le ministère néerlandais des Affaires étrangères. «Notre ambassade à Tripoli a envoyé des représentants à l'aéroport pour obtenir plus d'informations et venir en aide aux Néerlandais qui en ont besoin», a souligné le porte-parole. Selon le site du journal De Telegraaf, il y avait 62 Néerlandais à bord, donc 61 victimes de cette nationalité. Le site précise qu'il y aurait également des Libyens, des Sud-Africains et des Britanniques parmi les victimes.

L'avion était en provenance de Johannesburg, en Afrique du sud. Il s'est écrasé à 6h (heures française) à son atterrissage.

Selon la compagnie aérienne, contactée par 20minutes.fr, l'accident se serait déroulé à un mètre de la piste. «L'avion a pris feu juste avant l'atterrissage», ajoute une source au sein des services de sécurité de l'aéroport, sous couvert d'anonymat.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article