Les Feux de Chantilly sont annulés

Publié le par actu

Comme nous le laissions entendre il y a trois semaines, les Feux de Chantilly n’auront pas lieu cette année. La Fondation pour la sauvegarde du domaine a préféré renoncer faute de garanties.

CHÂTEAU DE CHANTILLY, JUIN 2011. Selon Tristan Duval, le producteur des Feux de Chantilly, 55 000 personnes étaient venues assister au spectacle en 2011. Cette année, il n’y aura pas de nouvelle édition, « les conditions financières » n’étant pas réunies.
CHÂTEAU DE CHANTILLY, JUIN 2011. Selon Tristan Duval, le producteur des Feux de Chantilly, 55 000 personnes étaient venues assister au spectacle en 2011. Cette année, il n’y aura pas de nouvelle édition, « les conditions financières » n’étant pas réunies.
| (LP/OLIVIER ARANDEL.)
Il n’y aura pas de deuxième édition des Feux de Chantilly. L’information a été confirmée hier soir par la Fondation pour la sauvegarde du domaine de Chantilly, qui a loué en juin 2011 le parc du château au producteur Akouna, chargée d’organiser ce grand spectacle pyrotechnique. Il s’agissait alors d’une renaissance, après l’arrêt en 2008 des célèbres Nuits de feux.
« Nous estimons que toutes les garanties n’étaient pas réunies pour mener à bien la tenue des Feux de Chantilly cette année », indique avec beaucoup de retenue Bruno Ory-Lavollée, le directeur général de la Fondation. Les rumeurs circulaient depuis plusieurs semaines, alors que 3000 billets avaient déjà été prévendus ou réservés pour 2012. Avec la confirmation de l’annulation, le public espère enfin des explications claires sur les raisons de cette décision… Elles ne sont toujours pas venues hier de la part de la Fondation, qui se réfugie derrière « le secret lié aux transactions commerciales ».

Montant des impayés estimé à plus de 200 000 €


« Il n’y avait pas adéquation entre la situation économique d’Akouna et les conditions nécessaires au bon déroulement de la manifestation », finit tout de même par dire François Belfort, directeur adjoint de la Fondation. En cause, les ardoises laissées par le producteur, à l’issue de la première édition. Plus d’une dizaine d’entreprises attendent toujours le règlement de leur prestation. Le montant des impayés est estimé à plus de 200000 €. Le budget du spectacle pyrotechnique de 2011 se montait à deux millions d’euros. Selon Tristan Duval, ses pertes ont atteint 400000 €. Le patron d’Akouna nous indiquait il y a un mois avoir réglé chacun des fournisseurs à hauteur de 75%.

Alors, y a-t-il eu erreur de casting de la part de la Fondation en se tournant vers ce producteur? « Je me garderai bien de dire des choses pareilles », réplique du tac au tac Bruno Ory-Lavollée. Même position de la part d’Eric Woerth, le député-maire UMP de Chantilly : « Tristan Duval est un type bien. La question ne se pose pas. » La municipalité, l’Aire cantilienne ainsi que l’office de tourisme de Chantilly avaient versé, en 2011, 150000 € de subvention. « Le spectacle a été de grande qualité et c’était un grand défi, justifie Eric Woerth. Les précédentes Nuits de feux étaient soutenues par de l’argent public à hauteur de 80%. »

De son côté, Tristan Duval préfère ne pas s’exprimer. « C’est leur décision (NDLR : celle de la Fondation), répondait-il hier soir. Je n’y reviendrai pas. Ce dossier, il faut que je l’oublie au plus vite. J’ai beaucoup de déception car ce spectacle a attiré 55000 personnes. Se retrouver à ce point flingué… J’ai été abandonné en rase campagne. »


Le Parisien

 

Suivez nous sur twitter: @martin76130

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article