Les Dragons de Rouen s'approchent de la finale

Publié le par actu


HOCKEY SUR GLACE. Deux matches, deux victoires : les Rouennais ont idéalement attaqué la série de la demi-finale de la Ligue Magnus qui l'oppose à Grenoble.

 

Vainqueurs à l’arraché la veille (4-3), lors d’une première rencontre qui pouvait basculer d’un côté ou de l’autre, et qui s’était achevée par une haletante séance de tirs au but, les Dragons abordent le deuxième acte sans Julien Desrosiers.

L’ailier international, blessé vendredi à la fin du temps réglementaire, a été opéré hier pour une double fracture de la malléole et du péroné. Il n’a pas souhaité que ses coéquipiers lui rendent visite : « Concentrez-vous sur votre match », a été sa réponse. Et les Rouennais le sont au début d’une rencontre plus limpide et moins tendue que celle de vendredi.

Pour pallier l’absence de Desrosiers, Rouen a réuni Eric Doucet, Carl Mallette et Marc-André Thinel sur un même bloc, lequel est évidemment chargé de faire la différence. Elle ne tarde pas puisque le score est ouvert au bout de 2’24’’ de jeu, Thinel marquant de près avec l’appui de Doucet et de Daniel Babka, toujours dans les bons coups.

Le jeu est rapide, peut-être un tout petit ton en dessous de celui du premier match. Eddy Ferhi, le portier, est davantage sollicité que Trevor Koenig, à la parade sur un envoi de Nicolas Besch (11e). Le tir de Thinel est plus vicieux (14’40’’) et Ferhi s’en saisit en deux temps. Mais il ne peut rien pour enrayer une action collective, conclue par un tir victorieux de Magnus Eriksson. Comme la veille Rouen mène 2-0 (15’05’’).

Le scénario change ensuite car les Grenoblois vont réduire le score avant le premier repos, alors qu’on joue à 4 contre 4. Besch n’a plus qu’à pousser le palet après une passe de Jacob Milovanovic, but entaché d’une obstruction grenobloise qui a échappé à la sagacité de M. Damien Velay (2-1, 17’10’’).

De 2-2 à 6-2 Le public de l’île Lacroix, toujours aussi nombreux et enthousiaste, est accablé à la reprise puisque les Brûleurs de loups marquent à nouveau, profitant d’une supériorité numérique. Déjà auteur de l’égalisation la veille (à 3-3), Mitja Sivic laisse accroire que la soirée va être aussi indécise que lors du premier match (2-2, 21’31’’).

Tout le contraire se produit, Rouen survolant les débats, dès lors que Carl Mallette surprend d’un tir à ras de glace la vigilance de Ferhi (3-2, 23’26’’). Les Isérois, nerveux parfois, et largement pénalisés vont perdre le fil de la rencontre.

Les Dragons profitent d’un séjour en prison de Besch pour afficher le 4-2, grâce à Doucet, qui exploite un travail derrière la cage de son capitaine. Mallette, cinq points hier dont deux buts, va encore faire des misères à Eddy Ferhi, laissé à l’abandon par les siens, au point d’encaisser les cinquième et sixième buts en 23 secondes. David Holmqvist est son premier bourreau, en conclusion d’une grosse erreur défensive (33’12’’).

Puis Mallette se charge lui-même de finir le travail fort joliment ébauché par un slalom de Jérémie Romand (33’35’’). Les Dragons vont conserver ce net avantage (6-2), lors de la deuxième partie du match.

Avec Trevor Koenig dans les buts pour endiguer les assauts d’une Dauphinoise qui n’y croyait plus beaucoup, il sera pratiquement préservé jusqu’à la fin. Toutefois Dufour a le dernier mot, sans remettre en cause la victoire des Dragons qui se retrouvent donc en position idéale dans cette série, où ils mènent deux victoires à rien. Ils n’ont plus besoin que d’un succès pour atteindre la finale de la ligue Magnus. Un succès qu’ils iront chercher à Grenoble, mardi ou mercredi prochains.

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article