Les amendes pour stationnement vont passer de 11 à 20 euros

Publié le par actu

ECONOMIE - Les élus font valoir que le tarif n'a pas augmenté depuis 1986...

Le défaut de paiement de stationnement va bientôt coûter plus cher. Les élus ont proposé mardi une augmentation au gouvernement qui y «semble favorable», a annoncé devant la presse le président du Comité des finances locales (CFL), le député UMP Gilles Carrez (UMP). Les amendes devraient donc bientôt passer à 20 euros, contre 11 actuellement.

Pas de calendrier

Le montant de cette amende, inchangé depuis 1986 (75 francs alors), va directement dans les caisses des communes. Selon Gilles Carrez, également rapporteur général du budget à l'Assemblée, le tarif proposé de 20 euros est inférieur à l'évolution du coût de la vie depuis 24 ans, puisqu'il serait alors de 22 euros. Aucune indication de calendrier n'a cependant été précisée.

Le député Charles de Courson (Nouveau centre) a souligné «l'incohérence» actuelle entre le niveau de l'amende et le coût du stationnement payant. Il a cité l'exemple d'automobilistes qui trouvent financièrement plus intéressant de prendre le risque d'avoir des amendes que de payer un stationnement payant. «Avec une amende fixée à 20 euros, les gens feront le choix de payer le parking», a-t-il souligné.

Les amendes des stationnements représentent 600 millions d'euros par an

Selon Gilles Carrez, l'argent des amendes des stationnements représente actuellement 600 millions d'euros par an. Il sert aux communes à financer des équipements pour la sécurité des automobilistes et l'amélioration du stationnement. «Pour nous, cette hausse des amendes de stationnement représente un enjeu d'aménagement très important pour les centres urbains, ce n'est pas simplement pour récupérer de l'argent», a souligné le maire de Sceaux, Philippe Laurent (DVD), l'un des représentants des maires au CFL.

Le président UMP de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer a jugé mercredi que le quasi doublement des amendes de stationnement était «excessif». «Je trouve que c'est une augmentation beaucoup trop importante qui touchera ceux qui ont besoin de leur voiture quotidiennement et qui sera particulièrement lourde pour les plus modestes», a-t-il dit sur Canal+. Le président de l'Assemblée nationale a toutefois indiqué que le principe d'une augmentation était «inévitable». Il plaide pour «une hausse raisonnable, modeste».

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article