Le TGI de Paris annule la radiation de Flavio Briatore

Publié le par actu

 Flavio Briatore entouré de ses deux pilotes, Fernando Alonso (à gauche) et Nelson Piquet Junior, le 19 janvier 2009
Flavio Briatore entouré de ses deux pilotes, Fernando Alonso (à gauche) et Nelson Piquet Junior, le 19 janvier 2009/J.M.Ribeiro/REUTERS

FORMULE 1 - Radié à vie, l'ancien directeur sportif de Renault avait contesté cette décision de la FIA devant un tribunal civil...

Flavio Briatore ne s'avoue jamais vaincu. Le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris a annulé mardi la radiation à vie de l'ancien directeur de l'écurie Renault par la Fédération internationale de l'automobile FIA. Ecarté de toute activité dans le sport automobile le 21 septembre par le Conseil mondial du sport automobile à cause du Crashgate, le flambloyant Flavio avait saisi le TGI de Paris le 24 novembre. Les avocats de Briatore affirment depuis le début que la Fédération internationale n'avait aucun pouvoir effectif pour radier Flavio Briatore à vie de la Formule 1. Selon eux, cette punition est contraire au droit européen puisqu'elle n'est pas limitée dans le temps et elle n'aurait pas été motivée par la FIA.  


Le TGI de Paris leur a donné raison en jugeant mardi «irrégulière» la décision de la FIA. Un gros désaveu pour la Fédération qui avait sévèrement condamné les acteurs de cette tricherie (un faux accident de Nelson Piquet Junior qui a profité à son coéquipier, Fernando Alonso, à Singapour, en 2008) tout en ménageant l'écurie Renault. 
 


15.000 euros de dommages et intérêts

L'Italien avait également réclamé un million d'euros de dommages et intérêts à la Fédération internationale de l'automobile (FIA). Il s'est vu allouer 15.000 euros.


L'ancien directeur technique de l'écurie Renault, Pat Symonds, également suspendu le 21 septembre, pour cinq ans, a également obtenu gain de cause. Il s'est vu accorder 5.000 euros d'indemnités, là où il en demandait 500.000.
 

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article