Le Pape accusé d'avoir couvert un nouveau cas de pédophilie

Publié le par actu

 Le pape Benoît XVI célébrant l'Epiphanie le 6 janvier 2010 au Vatican
Le pape Benoît XVI célébrant l'Epiphanie le 6 janvier 2010 au Vatican/GALAZKA / SIPA
RELIGION - C'est le troisième en une semaine...

Un homme qui affirme avoir été victime de violences sexuelles par un prêtre catholique pédophile, a accusé mardi le Vatican et le pape Benoît XVI d'avoir protégé ce prêtre en le maintenant à son poste, selon son avocat. Des documents envoyés à l'AFP par les avocats représentant une nouvelle victime qui ne veut pas que son nom soit divulgué, montrent que le nonce apostolique -le représentant du pape aux Etats-Unis-, avait demandé à l'église de Miami (Floride, sud-est des Etats-Unis) de protéger le père Ernesto Garcia Rubio. Celui-ci avait dû quitter Cuba en 1968 après des problèmes de «nature morale».

20 millions de dommages et intérêts

«Il a été en poste dans une paroisse à Miami pendant 30 ans et nous avons eu connaissance de douzaines de victimes de ses abus pendant tout ce temps», a indiqué Jessica Arbour, avocate de la victime qui affirme avoir été sexuellement agressée à l'adolescence entre 1985 et 1987. Il poursuit l'archidiocèse de Miami et réclame 20 millions de dollars de dommages et intérêts. «Il y a eu de toute évidence un effort concerté, à tous les niveaux, du Vatican à l'archidiocèse de Miami en passant par le diocèse de Cuba, pour protéger ce prêtre», a-t-elle ajouté.

Une «attaque» en pleine Semaine Sainte

L'avocate accuse aussi le pape Benoît XVI, lorsqu'il était préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi (de 1981 à 2005), d'avoir «protégé les pédophiles aux dépens des paroissiens et de leurs familles». Elle a rappelé que lorsqu'un évêque avait commencé en 1990 une procédure pour que le père Garcia soit défroqué, la Congrégation pour la doctrine de la foi à Rome «a perdu le dossier».

Sur son site internet, l'archidiocèse de Miami a regretté que «l'attaque» de l'avocat contre «le Vatican» intervienne durant la Semaine Sainte, «la semaine la plus sacrée pour les chrétiens». Cette accusation est la troisième en une semaine affirmant que le pape, alors Cardinal Ratzinger, a fermé les yeux sur des scandales pédophiles parmi les prêtres.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article