La flamme s'embrase, les JO d'hiver sont ouverts

Publié le par actu

La flamme olympique des JO de Vancouver.

La flamme olympique des JO de Vancouver.

Trois des quatre derniers porteurs de la  torche olympique des JO-2010, dont l'ancien joueur de hockey sur glace canadien  Wayne Gretzky, ont embrasé simultanément la vasque à l'intérieur du stade de BC Place de Vancouver pour les deux semaines de Jeux (12-28 février). Gretzky, considéré comme l'un des plus grands joueurs de hockey sur glace de  tous les temps, a ensuite quitté l'enceinte pour monter dans un pick-up et aller allumer une vasque extérieure, dans la baie de Vancouver. Les quatre ultimes porteurs étaient la patineuse Catriona LeMay Doan, le basketteur Steve Nash, la skieuse Nancy Greene et Gretzky. Mais seuls trois  d'entre eux ont allumé la vasque dans le stade.

La gouverneure générale du Canada Michaëlle Jean avait auparavant déclaré ouverts les 21es jeux Olympiques d'hiver, après le défilé des 82 délégations  participant aux JO. Avant l'allumage de la vasque, la hockeyeuse canadienne Hailey Wickenheiser,  et le juge de patinage de vitesse Michel Verrault avaient prêté serment devant  une partie des quelque 2700 sportifs qui vont participer aux Jeux. L'identité des derniers des 12.000 porteurs de la torche olympique, avait été tenue secrète jusqu'au dernier moment. Le relais de la flamme des JO de Vancouver, le plus long de l'histoire des Jeux dans un seul pays soit 45.000 km, a terminé son voyage transcanadien au stade "BC Place". Gretzky, qui a pris sa retraite en 1999, est le seul joueur de l'histoire à  avoir son numéro 99 retiré de toutes les équipes de LNH.
  
Mal logement
 
Peu avant la cérémonie, quelques centaines de personnes ont manifesté dans le centre de Vancouver contre les Jeux olympiques. Les manifestants scandaient "Honte, Canada, Honte" ou "Pas de Jeux sur la terre indigène volée" lors du rassemblement organisé à l'appel de mouvements altermondialistes ou de lutte contre l'exclusion. Au cours de la journée, plusieurs manifestations bruyantes mais non-violentes ont tenté de perturber les derniers relais sur le parcours de la flamme olympique, sous les regards attentifs de policiers. Aucun incident n'a eu lieu et la police a dit n'avoir procédé à aucune arrestation. 

Les détracteurs des JO reprochent au gouvernement canadien de n'avoir rien fait pour éliminer les problèmes sociaux à Vancouver, comme celui du mal logement, dans les mois qui ont précédé la compétition. "C'est le reflet de la frustration. Il n'y aurait pas des milliers de personnes pour manifester s'ils avaient tenu leurs engagements", a déclaré Am Johal, fervent opposant à l'organisation des Jeux. L'itinéraire de la flamme olympique a dû être légèrement modifié dans la journée pour éviter les rassemblements et les manifestants étaient en nombre bien inférieur à celui des spectateurs massés sur le parcours.

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article