L'ex vice-président américain Dick Cheney hospitalisé

Publié le par actu

Jeudi, Dick Cheney a fait une apparition surprise à une conférence de responsables conservateurs. S'il a annoncé qu'il ne serait pas candidat à la Maison-Blanche en 2012, il a prédit que «2010 serait une grande année pour les républicains».


Jeudi, Dick Cheney a fait une apparition surprise à une conférence de responsables conservateurs. S'il a annoncé qu'il ne serait pas candidat à la Maison-Blanche en 2012, il a prédit que «2010 serait une grande année pour les républicains». Crédits photo : AP

Déjà victime de problèmes cardiaques à répétition, il s'est plaint de douleurs à la poitrine. Les médecins se veulent rassurants et évoquent un état stable.

Dick Cheney manquera peut-être ses retrouvailles avec George W. Bush, prévues vendredi. L'ancien vice-président a été hospitalisé lundi après s'être plaint de douleurs à la poitrine. Le républicain de 69 ans, qui a connu des soucis cardiaques à répétition, a été admis à l'hôpital universitaire George Washington à Washington, où il «se repose confortablement». Les médecins se veulent rassurants. Le patient se trouve dans un état stable, parle et se promène dans sa chambre.

Une angiographie, qui a vérifié l'état de ses artères coronaires, a montré qu'il aurait besoin de soins supplémentaires. L'ex bras droit de George W.Bush a déjà souffert de quatre crises cardiaques. La première s'est produite lorsqu'il avait à peine 37 ans. Il a dû subir un quadruple pontage coronarien en 1988 et a eu deux angioplasties. En 2001, on lui a implanté un pacemaker, qui a été remplacé en 2007.

Cette hospitalisation intervient alors que le républicain devait rencontrer l'ancien président George W. Bush et d'autres anciens membres de son administration vendredi, pour la première fois depuis qu'ils ont quitté le pouvoir. Contrairement à l'ancien locataire de la Maison-Blanche, Dick Cheney s'est montré très présent depuis 2009. L'architecte de la «guerre contre le terrorisme» a redit la semaine dernière être toujours favorable à l'utilisation des «techniques d'interrogatoire musclées» utilisées sous l'administration Bush et bannies par Barack Obama. Il a ainsi recommandé leur application au jeune Umar Farouk Abdulmutallab, auteur de l'attentat raté contre le vol Amsterdam-Détroit en décembre 2009.

Le vice-président américain le plus puissant de l'histoire

Jeudi, Dick Cheney a fait une apparition surprise à une conférence de responsables conservateurs. S'il a assuré, malgré les exhortations du public, qu'il ne serait pas candidat à la Maison-Blanche en 2012, il a prédit que «2010 serait une grande année pour les républicains». Barack Obama sera «le président d'un seul mandat», avait-il lancé. Cet activisme médiatique tranche avec son attitude plus en retrait lorsqu'il était à la Maison-Blanche. Considéré par les spécialistes comme un des vice-présidents les plus puissants de l'histoire des Etats-Unis, le chef de file du courant néo-conservateur s'était tenu dans l'ombre, s'appuyant sur sa relation privilégiée avec George W. Bush et sur son réseau de «fidèles» qu'il avait disséminé à des postes-clé du gouvernement.

Dick Cheney est entré en politique en 1969 dans l'administration Nixon. Il a gravi rapidement les échelons et est devenu sous le président Gerald Ford secrétaire général de la Maison-Blanche, avant de devenir parlementaire, puis de revenir au gouvernement comme secrétaire à la Défense de George Bush père.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article