L'acteur Dennis Hopper est décédé à l'âge de 74 ans

Publié le par actu


Ajouter à mon journal

L'acteur et réalisateur américain Dennis Hopper, auteur d'"Easy Rider" en 1969, a succombé samedi à un cancer de la prostate à son domicile de Venice, en Californie, annonce l'un de ses proches à Reuters.

Il était âgé de 74 ans.
Amaigri, visiblement très affaibli, Dennis Hopper recevait le 26 mars dernier son étoile sur le "Walk of Fame" ("Boulevard de la gloire") à Los Angeles. Et remerciait le monde du cinéma : "ils m’ont enseigné des choses que je n’aurais jamais apprises si j’avais été un garçon de ferme de Dodge City".


En 1954, il n'a que 18 ans quand il joue un rôle minuscule (et non crédité) dans Johnny Guitar de Nicholas Ray. Par la suite, sous contrat avec la Warner, il va rencontrer James Dean avec qui il se liera d'amitié. Grâce à lui, il participera à ces deux films de légende que seront La Fureur de vivre (1955) et Géant (1956).

Après une apparition dans Règlement de comptes à O.K. Corral (1957), et quelques rôles secondaires dans des petites productions et séries télévisées, il intégre le giron du pape de la série B et Z : Roger Corman. C'est ainsi qu'il apparaît dans Queen of blood (1966) et le déjanté The Trip (1967).

Mais en dehors des plateaux, Dennis Hopper participe activement à l'agitation culturelle du pays, et notamment à l'explosion du Pop-art. Considéré comme un collectionneur éclairé, il devient même un photographe de plateau des plus doués. C'est cette activité qui le conduira, tout naturellement, à réaliser Easy Rider (1969), produit emblématique de la contre-culture américaine.

Tout le monde se souvient du photographe fou d'Apocalypse Now (1979). Et qui a oublié son rôle de tueur sous acide dans Blue velvet(1986)?

Comment ne pas non plus se souvenir de son interprétation hallucinée dans True romance (1993) ?

Ses dernières apparitions notables remontent à Speed (1994) et Waterworld (1995), où il jouait aussi le méchant de service

Contre toute attente, pour conclure une carrière déjà bien remplie, c'est le petit écran qui le propulse sous les feux des projecteurs. Après avoir donné la réplique à l'infatigable Jack Bauer dans la série en temps réel 24, il prend la tête le temps d'une saison (2005-2006) de la DOS : Division des Opérations Spéciales. (Source Allo Ciné)

Publié dans actualité culturelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article