Indépendance vis-à-vis de Sarkozy: ça chauffe entre Elkabbach et Bourdin

Publié le par actu

Sarkozy Bourdin Elkabbach

 

 



Jean-Pierre Elkabbach était l'invité de Thomas Hugues dimanche sur la Cinq, pour l'émission Médias Le Mag.

Sur le plateau de France5, l'interviewer politique d'Europe1 a taclé son confrère et concurrent de RMC,
Jean-Jacques Bourdin. Jean-Pierre Elkabbach, qui est de ceux qui acceptent d'aller à l'Elysée pour interviewer Nicolas Sarkozy,  "dénonce l'attitude, à ses yeux, hypocrite de Jean-Jacques Bourdin", qui refuse ces mêmes invitations du président, écrit LePoint.fr.



"Demandez à Bourdin, ce qu'il faisait à l'Élysée, il y a quelques soirs pour la décoration de quelqu'un", a lancé Jean-Pierre Elkabbach sur France 5. "Et ce qu'il a fait pour aller demander, gentiment, discrètement, sous la cape, au Président, de pouvoir l'interroger un jour. Moi, je le fais ouvertement et ça se fait !"

Jean-Jacques Bourdin vient de lui
répondre ce mardi matin sur son blog. Dans un billet intitulé "Jean-Pierre Elkabbach a menti", le journaliste de RMC écrit: "Mal informé ou mal intentionné, il a affirmé que je m'étais précipité chez Nicolas Sarkozy lors d'une remise de décoration mardi dernier pour le supplier de venir répondre à nos questions sur RMC."

Blog de Jean-Jacques Bourdin





Avant d'ajouter: "Jean-Pierre Elkabbach, cultivant l'ambiguïté, a même laissé entendre que je serais prêt à me rendre à l'Élysée pour une interview. Il m'a accusé d'être un imprécateur, un faux dur...".

Au sujet de sa présence la semaine dernière à l'Elysée, Bourdin écrit: "
La vérité concernant mardi dernier : j'étais à l'Élysée, invité par une amie décorée ce jour-là par Nicolas Sarkozy. En plus de 30 ans de journalisme, c'est la troisième fois que je mettais les pieds 'au palais'. Après la cérémonie, Nicolas Sarkozy s'est approché de moi et s'est étonné que je n'accepte pas d'aller l'interviewer à l'Élysée. Je lui ai expliqué ma position, clairement et précisément. Je ne veux pas me prêter à une opération de communication."

Jean-Jacques Bourdin finit par un tacle bien appuyé envers Jean-Pierre Elkabbach: "Attiré par le pouvoir, au service des pouvoirs depuis tant d'années, il a une conception du journalisme et de l'indépendance des journalistes que je ne partage pas."

Un clash qui ramène à cette phrase qu'écrivait Marianne2 la semaine dernière à propos du
tacle d'Aphatie envers le rédac chef de RMC:  "On sait que les grands interviewers du matin, Aphatie, Elkabbach et Bourdin se détestent cordialement."

Publié dans actualité politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article