Incendie dans le Morbihan: une famille décimée, un seul enfant rescapé

Publié le par actu

La maison incendiée dans laquelle 5 personnes d'une même famille ont trouvé la mort le 2 novembre 2010 à Bignan dans le Morbihan

 

 

La maison incendiée dans laquelle 5 personnes d'une même famille ont trouvé la mort le 2 novembre 2010 à Bignan dans le Morbihan Thomas Bregardis AFP

L'incendie "très rapide" a pris vers minuit dans une maison située en plein bourg à Bignan, à une quarantaine de kilomètres au nord de Vannes, a expliqué à l'AFP Stéphane Daguin, secrétaire général de la préfecture du Morbihan.

Les pompiers sont arrivés très rapidement sur place mais "la maison était déjà ravagée par les flammes", a indiqué le capitaine des pompiers Corinne Vilmin. "Des flammes sortaient de toutes les fenêtres et du toit", selon le commandant Christophe Guégan qui dirigeait les opérations des pompiers sur place.

"Le rayonnement thermique était particulièrement violent, au point de nous interdire l'accès à l'intérieur du bâtiment", explique le commandant. L'intervention rapide des secours a cependant pu éviter la propagation du feu à une maison mitoyenne, pratiquement pas touchée, selon la préfecture.

L'aîné des enfants, âgé de 11 ans, a seul pu échapper au sinistre. Blessé à la cheville et très choqué, il a été transporté à l'hôpital de Vannes.

"Il a sauté par la fenêtre du premier étage. C'est lui qui a donné l'alerte en se réfugiant chez un voisin qui a prévenu les secours", explique le lieutenant-colonel Roland Le Ny, de la gendarmerie du Morbihan".

L'incendie a été éteint vers 03h00. Les pompiers, une trentaine mobilisés, ont alors pu entamer la fouille des décombres. "Il ne restait que les murs sur la maison, les étages se sont effondrés, cela a rendu nos recherches difficiles", explique le commandant Guégan.

En début de matinée, les pompiers ont retrouvé les corps des cinq membres de la famille restés prisonniers des flammes: les parents âgés d'une quarantaine d'années, une mère au foyer et un maçon, et trois de leurs enfants âgés de 8 mois, 3 ans et 10 ans. Transportés à la morgue et devaient être autopsiés dans la journée.

Les habitants de Bignan (2.600 habitants) ont été choqués par l'incendie. "Les visages sont graves", selon le maire Louis Morio qui a passé la nuit sur les lieux. Selon l'élu, la "famille recomposée" s'était "installée sur Bignan il y a deux ou trois ans".

Une quinzaine de gendarmes, accompagnés de la brigade de recherches de Vannes et des techniciens d'investigation criminelle (Tic) se sont lancés mardi à la recherche d'indices dans les décombres. L'origine du sinistre demeure inconnue.

"Nous n'avons pas d'hypothèse formelle. On pense s'avancer vers une piste accidentelle, mais nous n'excluons pas une cause criminelle", indique le lieutenant-colonel Le Ny.

Les enquêteurs comptent notamment sur le témoignage du jeune rescapé pour éclairer les circonstances du drame. "Une enquête est en cours et le parquet de Vannes a été saisi", a-t-on précisé à la préfecture.

Publié dans fait divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article