Grève des ports : stop ou encore ?

Publié le par actu

Les effets de la grève qui bloque les terminaux pétroliers de Lavera et Fos-sur-Mer se font de plus en plus sentir dans les stations-services corses, alors que le travail a repris pour les navires marchands. Les grévistes voudraient obtenir le renfort du secteur de la pétrochimie.

Voilà une semaine que les terminaux pétroliers de Lavera et Fos-sur-Mer sont bloqués. Avec des conséquences de plus en plus visibles. En mer, tout d'abord : dimanche, 39 pétroliers étaient encore en rade au large du terminal de Fos-Lavera. A terre, également : ce mouvement affecte notamment l'approvisionnement en gasoil de la Corse, où très peu de stations-service de l'île, notamment dans les villes principales, disposaient encore de ce carburant dimanche. "La situation est un peu critique", admet le secrétaire général pour les affaires corses, Martin Jaeger, en ajoutant que dans chaque grande ville, les réserves stratégiques à la disposition des véhicules prioritaires ont été maintenues.

En fin de semaine, le mouvement a menacé de faire tache d'huile : à partir de vendredi et tout au long du week-end, il a concerné tout le port de Marseille-Fos, dont tous les accès ont été bloqués par le personnel et les dockers dans le cadre d'un mouvement d'action national contre la réforme portuaire. Deux navires de croisière ont ainsi été détournés dimanche vers Toulon et Sète, faute de pouvoir débarquer leurs passagers à Marseille. Les deux navires, des compagnies MSC et Bleu de France, transportaient quelque 6000 voyageurs au total, a précisé une porte-parole du Grand port maritime de Marseille. La veille, deux navires de croisière avaient pour leur part été contraints de débarquer leurs passagers en chaloupes.

Ce qui se prépare

Mais lundi matin, le travail a repris sur le port de Marseille-Fos. Les rotations des navires transportant des voyageurs, tout comme celles des navires marchands, peuvent donc reprendre. En revanche, les terminaux pétroliers de Lavera et Fos-sur-Mer restent bloqués.

Quel scénario pour la suite de ce lundi ? En ce qui concerne l'approvisionnement en carburant de la Corse, normalement, le bateau affrété vendredi par les compagnies pétrolières pour se fournir en gasoil en Sardaigne devrait charger ce carburant à Cagliari. Il devrait réapprovisionner les dépôts pétroliers corses à partir de mercredi. En ce qui concerne les suites du mouvement, de nouvelles actions sont possibles, malgré la reprise du travail sur le port de Marseille-Fos. Elles pourraient notamment concerner le secteur pétrochimique. Une conférence de presse de l'ensemble des syndicats CGT des entreprises de la pétrochimie est prévue à 11h30 à Martigues. "Nous déciderons sous quelle forme nous entrons dans le mouvement puisqu'il existe une convergence sur la réforme des retraites", a expliqué dimanche soir le responsable de l'union départementale CGT pour l'industrie pétrolière, Patrick Jourdan.

Dominique Bussereau a toutefois assuré lundi qu'il n'était "pas inquiet" de ces mouvements sociaux. Interrogé sur le mouvement de grève qui a touché les ports ce week-end, et en particulier Marseille, le secrétaire d'Etat aux Transports a expliqué qu'on arrivait "au bout d'une réforme des ports". "On est au bout d'un processus social. Ça gratouille un peu et comme il y en plus le débat sur les retraites, ça gratouille fort", a-t-il commenté. Mais pas question de reculer : "Cette réforme, il la faut".

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article