Fin de la prise d'otage à la prison d'Ensisheim

Publié le par actu

La cour de la prison d'Ensisheim, dans le Haut-Rhin.

 

La cour de la prison d'Ensisheim, dans le Haut-Rhin. Crédits photo : AFP

Le dernier détenu qui retenait en otage depuis mercredi après-midi un gardien dans cette prison près de Mulhouse, s'est rendu sans violence jeudi matin. Le gardien est sain et sauf.

Fin de la prise d'otage dans la prison de Ensisheim, près de Mulhouse, dans le Haut-Rhin. Le dernier détenu qui retenait en otage depuis mercredi après-midi un gardien, s'est rendu jeudi matin. «Le surveillant est sain et sauf, ça vient de se se passer, sans violence. Il a été pris en charge par le GIGN. On a vu le collègue sortir», a precisé David Daems, du syndicat de gardiens FO.

Une longue négociation avec les négociateurs du GIGN et de la gendarmerie, qui ont duré toute la nuit, ont conduit dans un premier temps à la réddition de l'un des deux preneurs d'otages dans la nuit puis du second, jeudi matin.

Ils voulaient être transférés

Mercredi vers 17h15, le gardien avait été pris à partie par deux détenus, selon le préfet du Haut-Rhin, Pierre-André Peyvel. Rapidement, le surveillant avait été retenu dans la cellule de l'un des deux forcenés. Les deux détenus demandaient à être transférés ensemble dans une autre prison.

Les deux preneurs d'otages, âgés de 30 et 46 ans, sont détenus à Ensisheim depuis relativement peu de temps. Le plus jeune, qui a huit condamnations à son actif, purge une peine de 18 ans de réclusion pour «vol avec violence ayant entraîné la mort», le plus âgé une peine de 13 ans pour «enlèvement et séquestration».

La prison d'Ensisheim, qui accueille 200 détenus condamnés à de longues peines ou à la perpétuité (pour 205 places), avait reçu la visite de Bockel il y a moins d'un mois : le 12 décembre, le secrétaire d'Etat y avait participé à une réunion avec les personnels pénitentiaires, sur le thème de la santé en détention.

En 2009, deux événéments violents ont eu lieu dans les prisons françaises : en novembre, un détenu armé avait retenu en otage un surveillant de la prison de Clairvaux, dans l'Aude, pendant cinq heures avant de se rendre. En février, deux détenus «présumés dangereux» de la prison centrale de Moulins, dans l'Allier, s'étaient évadés à l'aide d'explosifs et en prenant deux gardiens en otage dans leur cavale en voiture, avant de les relâcher en région parisienne quelques heures plus tard.

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article