Faute de sponsor, Marion Bartoli achète ses chaussures en magasin

Publié le par actu

La Française Marion Bartoli, le 20 janvier 2010 à Melbourne

La Française Marion Bartoli, le 20 janvier 2010 à Melbourne/D. Gray / REUTERS

TENNIS - Pas assez glamour, la Française?...

Marion Bartoli n’a jamais rien fait comme les autres. Onzième joueuse mondiale, la Française frappe à deux mains des deux côtés, s’entraîne avec un père médecin qui n’a jamais tenu une raquette de sa vie et possède son petit caractère. Ses conférences valent presque toujours le détour. Mercredi après sa victoire sur la Tchèque Sandra Zahlavova au 2e tour de l’Open d’Australie, Bartoli s’est plaint (encore) de son manque de reconnaissance.

«Je gagne assez d’argent pour vivre confortablement»
 
«Pourquoi? Je ne sais pas. Peut-être je ne suis pas assez blonde, assez grande ou assez mince. Si les sponsors décident de miser tout sur une Sharapova qui a perdu contre Dulko à Wimbledon, Oudin à l'US Open et Kirilenko ici c'est leur choix», persifle la Française, toujours à la rechercher d’un sponsor. «Je suis onzième mondiale mais je vais acheter mes chaussures et mes tenues au magasin comme tout le monde. Lorsque je rentre chez moi en Suisse tout le monde est un peu étonné. Mais c'est comme ça», explique la Française avec le Russe Nikolay Davydenko, membre du Top 10 depuis des années mais snobé par les équipementiers.
 
Pas de quoi contrarier Marion Bartoli pour autant. Lucide, la joueuse explique qu’elle «gagne assez d’argent pour vivre confortablement». Pas faux. Avec les 52.000 dollars alloués pour un 3e tour à Melbourne, la mal aimée du tennis tricolore n’a sans doute pas besoin de faire les soldes pour trouver chaussures à son pied.

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article