Fausse bourde d'Hortefeux au Mali: L'Express.fr "présente ses excuses"

Publié le par actu

 

Brice Hortefeux | WOSTOK PRESS/MAXPPP/PHILIPPE STERC

"La bourde malienne de Brice Hortefeux". C'était le titre d'un article de L'Express.fr publié mercredi autour de 17h00. Un article qui signalait que lors de sa vite au Mali, le ministre de l'Intérieur avait commis un petit lapsus. Selon le site de l'hebdo, en voulant rendre hommage au président malien "Amadou Toumani Touré", Brice Hortefeux aurait évoqué le nom du président guinéen "Sékou Touré"... décédé en 1984.

Un papier mis hors ligne une heure plus tard. Le Post qui entre-temps avait repris le papier de L'Express.fr, reçoit vers 18h30, un coup de fil... du cabinet d'Hortefeux. L'entourage du ministre de l'Intérieur tient à démentir formellement cette bourde: "C'est totalement faux car Brice Hortefeux et le président du Mali se connaissent depuis des années et se tutoient. Le ministre ne s'est pas encore adressé au président malien, il le fera ce soir. L'Express.fr a d'ailleurs dépublié son article", nous indique le cabinet d'Hortefeux.

Pourquoi L'Express.fr a-t-il dépublié son article? Le rédacteuf en chef du site de l'hebdo, Eric Mettout s'en explique sur son blog ce jeudi, dans un billet titré: "Monsieur le ministre, je vous présente mes excuses".

Extraits de ce billet:

"Hier, à 17 heures, j’ai validé un article de Vincent Hugeux, journaliste au service Monde, une exclusivité sur Brice Hortefeux en voyage au Mali, soi-disant auteur d’un lapsus appétissant sur le président local en exercice, Amadou Toumani Touré".

"J’étais content de notre (petit) coup. Jusqu’à ce que je reçoive un coup de fil furibard du directeur de cabinet du ministre, démentant 'vigoureusement et radicalement'. Sur le coup, j’ai maintenu. Et commis, sincèrement mais quand même, une seconde erreur: 'Monsieur, notre journaliste était sur place, il nous rapporte ce qu’il a lui même entendu, je prends acte de votre démenti mais j’ai confiance en lui, je confirme.' Oups. A midi, notre journaliste était à Paris, à 17 heures aussi. J’ignorais qu’en fait, l’information provenait de l’une de ses 'sources', 'solide et fiable' à l’en croire, mais ce n’est pas tout à fait la même chose". (Lire la suite ici)

Dans un encadré (publié aussi sur le blog d'Eric Mettout), le journaliste de L'Express s'excuse à son tour: "Je revendique l’entière responsabilité de cette erreur et présente mes sincères excuses au ministre de l’Intérieur, à l’ambassadeur ainsi qu’à nos internautes."

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article