Facebook: Que faut-il penser des mails fournis par Paul Ceglia?

Publié le par actu

Mark Zuckerberg, roi des coups de poignard dans le dos ?

 

 

Mark Zuckerberg, roi des coups de poignard dans le dos ? Gizmodo.fr

WEB - La presse américaine se penche sur les e-mails fournis par Paul Ceglia, entrepreneur qui estime être détenteur d'une partie de Facebook, en vertu d'accords passés à l'université avec Mark Zuckerberg...

La première fois que Paul Ceglia a affirmé pouvoir prétendre à des parts de Facebook, tout le monde a ri. Cet escroc qui a été accusé de fraude et de possession de drogues? Qui a en plus attendu sept ans avant de se manifester? Mais depuis qu’il a sorti des mails, censés attester que les deux parties avaient passé des accords strictes, la situation est différente.

De la véracité des e-mails

Evidemment, la question est de savoir si ces mails sont authentiques. Dave Aitel, ancien hacker reconverti en président d’une entreprise de sécurité informatique, a mis au point un logiciel pour le vérifier. Il assure que les résultats sont pratiquement certains à 100%. «Mais toute preuve peut toujours être falsifiée, et quelques milliards de dollars [ce que récupérerait sans doute Paul Ceglia si la justice lui donnait raison] sont sans doute une sacrée motivation», a confié le spécialiste à FoxNews.com.

Robert Brownlie, avocat de Paul Ceglia estime que les mails sont fiables. «Avant d’accepter l’affaire, nous avons fait beaucoup de recherche pour déterminer si les preuves étaient authentiques».

Contestation

Evidemment, la tonalité est différente du côté de Facebook. Alors qu’en juillet dernier, l’une des avocates de Facebook affirmait qu’elle n’était «pas sûre» que Zuckerberg ait signé (mais les mails actuels n’étaient pas encore sortis : il s’agissait du contrat de départ, dont Paul Ceglia avait déjà fourni un exemplaire), la stratégie de défense est désormais de nier en bloc. «Il s’agit d’un procès frauduleux engage par un criminel avéré», a confié l’un des avocats du réseau social au Wall Street Journal. Par ailleurs, Facebook n’a pas encore eu accès aux nouveaux mails sortis par l’accusation… Pas évident de préparer la défense dans ces conditions.

Soupeser les risques

Business Insider met en avant que les risques pris par Paul Ceglia sont énormes, et qu’il les connaît. Et, selon le site, le plaignant n'aurait pas pris tant de risques si les mails étaient faux. «Nous pensons que si les preuves apportées sont fausses, ce sera facile à déceler (si faciles que les enquêteurs de DLA [firme qui représente Ceglia – les gros cabinets américains sont dotés d’enquêteurs] l’auraient déjà décelé. Nous pensons aussi que si les mails sont faux, Paul Ceglia se retrouvera derrière les barreaux pour un bon moment – et nous imaginons qu’il en est conscient» Business Insider suggère ainsi que Paul Ceglia n’est pas entré dans cette confrontation à la légère...

Si les mails étaient donc définitivement authentifiés, ils pourraient constituer une preuve. Et Mark Zuckerberg devrait alors beaucoup, beaucoup d’argent à Paul Ceglia. Et les cinémas pourraient voir la suite de The Social Network.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article