EXCLU: Accusé d'être un "menteur" Michel Drucker répond !

Publié le par actu

Ajouter à mon journal

C'est une charge violente qu'a lancé le site Pure people hier midi contre Michel Drucker.

Le site accuse l'animateur de France 2 d'avoir menti, en affirmant que son émission Champs Elysées était "en direct", car pour Pure people, l'émission était entièrement enregistrée à l'avance

Le titre de l'article est très clair: "Michel Drucker : son gros mensonge à propos de Champs-Elysées !"

Le site écrit:

Samedi 15 janvier, c'était 0% de direct pour Drucker. A aucun moment, nous n'avons vu apparaître en haut à droite de notre écran de télévision le bandeau "en direct" (...) Pourtant, l avait été annoncé que l'émission se déroulerait en direct, comme dans sa version originale dans les années 80. Le communiqué de la chaîne et la bande-annonce étaient très clairs : "En direct samedi 15 janvier à 20h35"

Et le site s'interroge : "L'émission, riche en invités prestigieux ne pouvait-elle réunir autant d'artistes au même moment ? Ou la production a-t-elle trouvé plus rassurant d'enregistrer l'émission, dans les conditions du direct ?"

"Bien sur que l'émission était en direct !" nous affirme le présentateur très surpris par cette polémique. 
"Du ballet du début en passant par Dassin, Delon, Sharon Stone, Dany Boon, Line Renaud, Canteloup... J'ai même fait référence à l'heure avec Sharon Stone, avec Canteloup nous avons parlé même de la réunion qui s'était tenue l'après-midi sur la Tunisie à l'Elysée."


Et  d'ajouter: "Comme dans toutes les émissions de ce type quelques séquences avait été enregistrées en raison de l'indisponibilité des artistes ce soir là, mais c'est tout. Quand à l'absence de la mention "en direct" elle s'explique simplement par le fait nous avions  décidé de ne pas l'indiquer à l'antenne car cela n'apporte rien.
"

Et Michel Drucker de conclure: "Cet article a été écrit sans la moindre vérification et c'est clairement de la pure malveillance !


Publié dans actualité télé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article