Equipe de France: Les Bleus débloquent le coffre-fort

Publié le par actu

L'attaquant de l'équipe de France, Karim Benzema, lors de la victoire des Bleus contre le Luxembourg, le 12 octobre 2012

 

 

L'attaquant de l'équipe de France, Karim Benzema, lors de la victoire des Bleus contre le Luxembourg, le 12 octobre 2012 F.Mori/Sipa

FOOT - L'équipe de Laurent Blanc s'imposer sans briller (2-0) face à une équipe du Luxembourg repliée devant son but...

Face à un pays réputé pour ses banques, capitaliser n’est pas d’une grande originalité. C’était même le minimum demandé aux Bleus, victorieux 2-0 à Metz contre une équipe classée à la 130e place du classement Fifa. Forcément la plus faible de leur groupe, avec son unique joueur professionnel. Après quatre journées, cette troisième victoire de rang permet au moins aux joueurs de Laurent Blanc d’asseoir leur première place au classement. Pas forcément de repartir dans leur club l’esprit totalement libéré. Ajouter la manière au résultat n’aurait pourtant pas été un luxe, à Metz, où l’équipe de France s’est délocalisée.

 

A l’évidence, les Bleus n’ont pas survolé leur sujet. Hormis les buts de Benzema, auteur d’une reprise à la réception d’un corner (21e) et la frappe lointaine de Gourcuff (76e), elle ne s’est signalée que sur de rares tirs lointains ou des têtes croisées. Le gardien luxembourgeois, promis au déluge, n’a pas eu tant de ballons à capter. Pour se mettre réellement à l’abri, il aurait fallu peser un peu plus un bloc défensif parfaitement resserré. Les Luxembourgeois n’étaient pas là pour gagner. Seulement limiter la casse et bétonner.
 
Mais même armée de deux attaquants, soutenus par un milieu en losange dans lequel Blanc avait réintégré Diaby et Gourcuff au coup d’envoi, les Bleus ont patiné. La situation s’est décantée en milieu de deuxième période, après l’exclusion de Peters, auteur d’un tacle incontrôlé sur la cheville de Gourcuff. Cela a tout juste permis à l’équipe de Blanc de se donner un peu d’air, et de poursuivre sa lente reconstruction. «Avec des victoires, c’est plus facile, note le sélectionneur des Bleus. Il y a des choses à améliorer dans le jeu», qu’il faudra mettre en œuvre en amical, face à l’Angleterre en novembre, puis le Brésil en février. Car le retour aux qualifications n’est prévu qu’en mars, de nouveau face au Luxembourg. A coup sûr un autre verrou à forcer.

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article