EN DIRECT. Jouanno suggère Pécresse à la tête de l'UMP

Publié le par actu

Chantal Jouanno

 

Chantal Jouanno | LP/olivier corsan

 

 
11h35. Mélenchon déplore la judiciarisation de la bataille des «Fronts». «On ne peut pas aller au tribunal tous les jours. On accumule les mensonges et plus rien ne veut rien dire. C'est cela la tactique du ?#FN?», écrit le leader du Front de gauche sur son compte Twitter.



11 heures. Un nouveau faux tract anonyme avec Mélenchon en Hitler.




10 heures. Jouanno suggère Pécresse à la tête de l'UMP.
L'ancienne ministre du Budget et ex-porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse «mériterait de se présenter» pour diriger l'UMP, lors de son prochain congrès, estime sur LCI la sénatrice UMP Chantal Jouanno. Et de souligner que «Valérie Pécresse mène un combat littéralement homérique à la région Ile-de-France» et qu'il n'y a «pas beaucoup de femmes, comme d'habitude». «L'UMP misogyne ? On va peut-être pas aller jusque-là», ajoute la sénatrice, interrogée sur le fait que l'UMP n'a investi que 30% de femmes pour les législatives. «Très honnêtement, c'est tout le pays qui est machiste», tranche-t-elle. Alors qu'on lui demande si elle ambitionne de prendre elle-même la tête de l'UMP, Chantal Jouanno répond par un éclat de rire et précise qu'elle se sent personnellement «proche» de François Fillon et Alain Juppé.


9h40. Delanoë estime que Fillon «n'a pas le sens du ridicule».
Sur ITélé, le maire de Paris réplique aux critiques de François Fillon sur sa gestion, estimant que l'ancien Premier ministre a «pas le sens du ridicule». «Il faudrait (...) qu'il sache que j'ai plus que doublé l'investissement à Paris pour faire de Paris le premier investisseur public de France après l'Etat, contrairement à son ami Tiberi, dont il a essayé d'acheter le soutien en tentant de donner une place à son fils, qui n'était pas légitime», tacle Bertrand Delanoë.

9h30. Delanoë : «Je ne serai pas candidat au poste de premier secrétaire» du PS.
Sur ITélé, le maire de Paris ajoute toutefois qu'il veut apporter sa «contribution» au prochain congrès, qu'il souhaite «intelligent, de rassemblement, utile aux Français». «Je crois aujourd'hui qu'il serait bien de se tourner vers l'avenir et de mettre quelqu'un de plus jeune que moi», déclare Bertrand Delanoë, qui avait tenté en 2008 de présenter sa candidature au poste de premier secrétaire.


9h20. Le contrat de génération et les emplois d'avenir «effectifs» en 2013.
C'est Michel Sapin le ministre du Travail qui l'annonce sur France Info. Face à la hausse du chômage, «il faut agir à deux grands niveaux» : «la croissance et les outils», tels que le contrat de génération, les emplois d'avenir et la suppression des dispositions incitatives au chômage comme les heures supplémentaires, détaille le ministre, qui ajoute : «En 2013, ces outils seront effectifs, ils agiront et permettront, accompagnés par toutes les grandes politiques en faveur de la croissance, de changer les choses».


Le Front de gauche dénonce deux nouveaux tracts anonymes contre l'ex candidat à la présidentielle, candidat dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, et annonce de nouvelles plaintes. Sur l'un de ces documents, diffusé sur les réseaux sociaux, Jean-Luc Mélenchon apparaît grimé en Adolphe Hitler, devant un portail de camp de concentration, reprenant une phrase attribuée au candidat du Front de gauche dans une interview au quotidien Direct Matin : «Notre objectif reste de battre le FN, de l'éradiquer politiquement, on y passera le temps qu'il faudra jusqu'à ce qu'on ait le dernier mot», «Votons Mélenchon». «Les propos racistes qu'ils expriment et la méthode employée sont chaque fois de même nature et désignent une même main», estime le Front de gauche. «Ce n'est pas du tout nous (..), je ne sais pas qui a fait ça», réplique Bruno Bilde, directeur de campagne de Marine Le Pen (FN). «Tout ce qui est réseaux sociaux, attention. (..) N'importe qui peut balancer», souligne-t-il auprès de l'AFP, assurant faire une «campagne de terrain».
Le chômage a augmenté au 1er trimestre
Selon l'Insee, le taux de chômage en France métropolitaine a augmenté de 0,3 point au premier trimestre 2012 par rapport aux trois mois précédents, à 9,6% de la population active (10% DOM compris).


VIDEO. Michel Sapin invité de France Info


8h45. Cohn-Bendit ironise sur Hollande, le «conducteur normal».
Selon Daniel Cohn-Bendit, le président «est un vrai Français normal qui roule trop vite», comme «80%des Français». «Mais une personne normale ne veut pas être président», ajoute-t-il sur RMC /BFM-TV.


La voiture de Hollande prise à 160 km/h entre Paris et Caen
Des journalistes de RTL et de BFM TV ont fait le pari de suivre le cortège présidentiel à moto mercredi et ont détaillé les pointes de vitesse du véhicule lors du trajet.


8h40. Cohn-Bendit regrette que le PS ait présenté un candidat face à Bayrou.
Sur RMC / BFM-TV, l'eurodéputé déplore également «qu'on n'ait pas aidé Jean-Luc Mélenchon», candidat dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. Selon lui, le président du MoDem comme le leader du Front de gauche ont aidé à la victoire de la gauche à la présidentielle.


8h35. Cannabis : Cohn-Bendit «espère qu'un groupe Europe Ecologie à l'Assemblée dépose une proposition de loi (...)
pour sortir de l'ambiguïté et de l'hypocrisie». Selon lui, «la répression donne tout pouvoir aux traficants». «Il faut une régulation positive des drogues douces», estime le responsable écologiste invité de RMC / BFM-TV. Réagissant aux attaques de Xavier Bertrand, qui a brandi mercredi la menace de la dépénalisation du cannabis en cas de victoire de la gauche aux législatives, Daniel Cohn-Bendit dénonce à nouveau l'hypocrisie de l'ancien ministre de la Santé : «Ne sois pas trop hypocrite, car un jour, ce sont des enfants, tes petits-enfants qui fument».


8h25. Hamon défend le retour partiel de la retraite à 60 ans. Le ministre de l'Economie sociale et solidaire rappelle sur France Inter que la mesure était l'un des engagements de François Hollande. Il ajoute que «tout» ce qui concerne les retraites «sera discuté dans les semaines qui viennent». Selon lui, le gouvernement a le souci du contexte économique, «il faut être vertueux sur le respect des grands équilibres». Mais, souligne-t-il, «il y a de la marge».

VIDEO. Benoît Hamon invité de France Inter


8h20. Fillon : «le gouvernement a dépensé 20 milliards en un mois». Interrogé sur le retour partiel de la retraite à 60 ans, l'ancien Premier ministre déclare sur Europe 1 : «Avec cette réforme on met 3 milliards chaque année de dépenses supplémentaires, c'est -à-dire d'emprunts supplémentaires, c'est à dire de déficits supplémentaires. En un mois le gouvernement a dépensé 20 milliards là où on aurait dû au contraire économiser beaucoup d'argent pour revenir à l'équilibre des comptes publiques». «Nous sommes dans une situation financière extrêmement difficile», martèle-t-il, ajoutant «Nous avons un déficit qui doit être comblé. Il faut faire en gros 5 milliards d'économie tous les ans».

VIDEO. François Fillon invité d'Europe 1


7h55. Trierweiler : «Je ne suis pas différente des autres femmes». 
Dans une interview enregistrée et diffusée sur France Inter, la Première dame défend sa décision de continuer à exercer son métier de journaliste. «C'est une forme de normalité» sourit-elle, avant de s'appuyer sur les résultats d'un sondage, qui révèle que «plus de 70%» des Français y sont favorables. Alors que le journaliste l'interroge sur son image de femme «dure» et «cassante», la compagne de François Hollande balaie des «critiques tristement classiques». Est-elle interventionniste auprès de François Hollande ? «C'est juste faux», assure-t-elle. Sur le lieu de vie du couple présidentiel, Valérie Trierweiler explique qu'ils «essaieront» de continuer à habiter leur appartement du XVe arrondissement parisien.


AUDIO. L'interview de Valérie Trierweiler sur France Inter


7h53. Trierweiler trouve le terme «Première dame» «désuet».
«Comme je souhaite un petit peu changer les choses, je trouve qu'il faudrait renouveler ce terme», dit la compagne de François Hollande dans une interview enregistrée mercredi après-midi à son domicile et diffusée par France Inter. Valérie Trierweiler révèle recevoir des propositions de Français qui lui écrivent pour une nouvelle appellation : «l'atout coeur de France, première journaliste...» Et de poursuivre : «Il n'y a pas de statut de première dame, tout est à définir, c'est un rôle avant tout de bénévolat au service des Français, je suis prête à assumer ce rôle-là». Valérie Trierweiler souligne notamment avoir rencontré «les dirigeants de la Fondation Danielle Mitterrand», ONG créée en 1986 et tournée notamment vers la fourniture d'eau potable aux pays en développement. Elle est «aujourd'hui en danger. Si elle ne reçoit pas d'aides financières elle risque de péricliter, pour moi c'est un devoir de l'aider».


7h50. Touraine moque le calcul de Pécresse. «Valérie Pécresse semble être un peu brouillée avec le calcul mental, ce qui explique peut-être la situation dans laquelle se retrouve les comptes publics de la France», raille la ministre des Affaires sociales sur Europe 1. Selon l'ex ministre du Budjet, le rétablissement de la retraite à 60 ans va coûter «200 ou 230 euros pour un couple qui gagne 3.000 euros. Mais 0,1% de 3.000 n'a jamais fait cela», souligne Marisol Touraine. Elle défend le décret sur la retraite à 60 ans présenté mercredi en Conseil des ministres : François Hollande «a tenu son engagement. Ce sont ceux qui ne sont pas habitués à ce que les politiques tiennent leur parole qui hurlent le plus fort».

VIDEO. Marisol Touraine invitée d'Europe 1


7h47. Dupont-Aignan réagit aux propos de Cécile Duflot sur le cannabis : «Ca m'inquiète plus que ça ne me choque», affirme le président de Debout la République sur France 2.

7h45. Question du jour : voterez-vous dimanche pour la même couleur politique qu’à la présidentielle ?

7h30. Sondage : la gauche toujours en tête.
Selon notre enquête exclusive, réalisée par l’institut BVA, le PS et ses alliés arriveraient en effet en tête à l’issue du premier tour, dimanche prochain. Dans cette enquête, le PS et l'UMP font jeu égal avec 32% des voix. Mais avec les voix du Parti radical de gauche et d'Europe-Ecologie-les-Verts, le bloc de gauche atteint 36,5% des intentions de vote, contre 33% pour la droite parlementaire (UMP et Debout la République).


7h20. Valérie Trierweiler signe son premier papier de «Première dame».
Comme elle l'avait annoncé, la compagne de François Hollande ne raccroche pas sa plume et écrit dans son journal «Paris Match» son premier article depuis l'élection présidentielle. Le sujet n'a pas été choisi par hasard : il est consacré à une biographie d'Eleanor Roosevelt, épouse de l'ancien président américain Franklin Roosevelt.
Suivez nous sur twetter:@martin76130

 


Publié dans actualité politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article