Du dopage au sein de l'US Postal d'Armstrong, selon trois anciens

Publié le par actu

Floyd Landis (à gauche), alors équipier de Lance Armstrong (en jaune) sous les couleurs de l'équipe US Postal, lors du Tour de France 2004

 

Floyd Landis (à gauche), alors équipier de Lance Armstrong (en jaune) sous les couleurs de l'équipe US Postal, lors du Tour de France 2004 B.PAPON/SIPA

CYCLISME - Dans des entretiens au «Wall Street Journal»...

Trois cyclistes ont accusé dans des entretiens au Wall Street Journal leur ancienne équipe, US Postal, d'avoir institué le dopage à l'époque où l'Américain Lance Armstrong dominait le Tour de France.

Ces trois coureurs, qui ne sont pas nommés, «ont dit au Journal lors d'entretiens qu'il y avait du dopage dans l'équipe à l'époque où M. Armstrong était son leader, et l'un d'entre eux a admis que lui-même s'était dopé», a écrit le quotidien des affaires.

Révélations de Landis

«Plusieurs autres coureurs ont dit qu'ils n'avaient jamais observé d'activité de ce type lorsqu'ils étaient dans l'équipe», a-t-il ajouté.

Ces révélations figurent dans l'édition à paraître samedi, jour du départ du Tour de France, sur lequel est engagé son septuple vainqueur, âgé bientôt de 39 ans.

Pratiques de dopage

Le Wall Street Journal a publié un très long compte-rendu d'entretiens avec un autre ancien coéquipier d'Armstrong, Floyd Landis, qui y détaille les pratiques de dopage dont il dit avoir témoigné au sein de l'US Postal, entre 2001 et 2004.

Ces accusations de Landis avaient été lancées en mai par le coureur dans la presse et dans des courriers électroniques à des autorités antidopage et des institutions cyclistes, notamment sa fédération et la fédération internationale (UCI). Le Wall Street Journal avait publié une partie des révélations faites à l'époque.

Cocaïne et strip-teaseuses

Lance Armstrong a nié tout dopage, mettant en cause la valeur de la parole de Landis, déchu de sa victoire dans le Tour de France 2006 pour un contrôle positif à la testostérone, mais qui a dépensé de fortes sommes pour tenter de prouver son innocence.

Dans le Wall Street Journal, Landis a refait une chronologie des pratiques du dopage auquel il dit avoir été soumis d'abord chez US Postal, avant d'en prendre l'initiative chez Phonak où il a passé les saisons 2005 et 2006.

Il affirme qu'après la signature de son contrat dans l'équipe d'Armstrong, en 2001, ce dernier l'a emmené dans une soirée à Austin (Texas, Sud) où était consommée de la cocaïne et présentes des strip-teaseuses.

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article