DSK arrêté à suivre en direct: DSK inculpé pour agression sexuelle et tentative de viol

Publié le par actu

POLITIQUE - Le directeur général du FMI a été placé en garde à vue après la plainte d'une employée d'un hôtel de Manhattan...

10h55: Un avocat de DSK: «Il faut attendre que les choses soient décantées et voir si c'est réel ou une provocation.»
«Il faut attendre que les choses soient décantées et voir si c'est réel ou une provocation», a déclaré à Reuters Me Léon-Lef Forster, un des avocats français de DSK. «Il ne faut surtout pas rentrer dans un spectacle médiatique et attendre que les choses soient éclaircies», a-t-il ajouté. «Il ne faut pas paniquer et rester sereins.»

10h05: «Le FMI ne fait pas de commentaires»
Communiqué laconique du FMI sur son site: «Le FMI ne fait pas de commentaires sur cette affaire et reste fonctionnel».

09h45: Marine Le Pen: «Définitivement discrédité comme candidat à la plus haute fonction de l'Etat»
La présidente du FN, Marine Le Pen a réagit sur RTL: «DSK est définitivement discrédité comme candidat à la plus haute fonction de l'Etat.»

09h25: Jean-Marie Le Guen: «Ce type de comportement n'appartient pas à la culture de Dominique Strauss-Kahn»
Jean-Marie Le Guen, proche de DSK défend celui quié tait son favori à la primaire socialiste du BFMTV: «Ce n’est ni la réalité de l’homme ni la réalité de ce type de comportement. Nous n’avons pas entendu la version de Dominique Strauss-Kahn, nous savons qu’il plaide non-coupable. En tout état de cause ce type de comportement n’appartient absolument pas de près ou de loin à la culture de Dominique Strauss-Kahn»

09h11: DSK inculpé
DSK a été formellement inculpé d’agression sexuelle, de tentative de viol et de séquestration par le parquet de New York.

09h05: Dominique Paillé: «Une croix difficile à porter»
Pour Dominique Paillé, membre du parti radical, cette arrestation sera «une croix difficile à porter», a-t-il explique sur BFMTV.


Dominique Strauss-Kahn, le «champion de la gauche» pour la présidentielle 2012, pris dans la tourmente. Le directeur général du FMI, favori des sondages dans la course à l'Elysée, a été arrêté et placé en garde à vue ce samedi à l'aéroport JFK de New York pour une agression sexuelle présumée, a annoncé le New York Post. Une information confirmée au New York Times et à l'AFP par des sources officielles.

D'après le journal américain, DSK, qui voyageait seul, a été appréhendé par la police dix minutes avant que le vol Air France 23, en partance vers Paris, ne décolle. «Dominique Strauss-Kahn a été débarqué d'un vol Air France par des agents de l'Autorité des ports de New York et du New Jersey et remis à des enquêteurs de Manhattan», précise le New York Times, qui cite John P. L. Kelly, un porte-parole de l'Autorité.

Sorti nu de la salle de bains

Selon un porte-parole de la police new-yorkaise, Paul Browne, également cité par le NYT, une employée de l'hôtel Sofitel de Manhattan a déposé plainte samedi en début d'après-midi pour une agression sexuelle. Elle affirme être entrée dans la chambre 2806, celle de Dominique Strauss-Kahn, qu'elle pensait inoccupée, pour y faire le ménage. DSK serait alors sorti de la salle de bains, «totalement nu», selon les termes de Paul Browne, qui précise que le patron du FMI l'aurait agressé sexuellement à deux reprises, après avoir pris soin de vérouiller la porte de la chambre.

La jeune femme de 32 ans, qui a été soignée pour des blessures superficielles, a ensuite expliqué dans sa déposition avoir réussi à fuir et a alerté le personnel de l'hôtel qui a immédiatement prévenu la police. Le patron du FMI, lui, serait parti précipitamment. «La police de New York s'est rendu compte qu'il avait fui, il avait oublié son téléphone portable», rapporte encore Paul Browne.

Déjà accusé en 2008

Contacté par l'AFP, le FMI n'a pas souhaité faire de commentaire. Dominique Strauss-Kahn, candidat probable à la primaire socialiste, a déjà été accusé en 2008 d'avoir entretenu une liaison avec une de ses subordonnées, Piroska Nagy. Une affaire finalement classée sans suite. Il a par ailleurs été mis en cause cette semaine pour son train de vie. Le député socialiste de Paris Jean-Marie Le Guen, l'un de ses proches, avait dénoncé samedi une campagne délibérée contre sa personne, orchestrée selon lui par l'Elysée.

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article