Drapeau français brûlé en Corse : la colère de Valls

Publié le par actu

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui doit se prononcer sur la demande du conseil de discipline de la police de révoquer l'ex-n°2 de la PJ lyonnaise Michel Neyret, a estimé vendredi sur RTL qu'

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui doit se prononcer sur la demande du conseil de discipline de la police de révoquer l'ex-n°2 de la PJ lyonnaise Michel Neyret, a estimé vendredi sur RTL qu'"à ce niveau-là, un policier doit être exemplaire", ce qu'il n'a pas été, selon lui. | Sebastien Bozon

Un drapeau français ornant la mairie de Prunelli-di-Casacconi (Haute-Corse) a été décroché et brûlé dans la nuit de vendredi à samedi, a annoncé dimanche soir la préfecture, qui a condamné le geste. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a dénoncé «une offense à nos valeurs républicaines», dans un communiqué envoyé dans la nuit de dimanche à lundi.
 
Il condamne ces actes, les jugeant «intolérables», «d'autant plus qu'ils ont été commis à la veille des cérémonies marquant le 69e anniversaire de l'insurrection du 9 septembre 1943 qui fit de la Corse le premier département français libéré».

«Brûler le drapeau français, c'est faire offense à ce qui fait l'unité de notre République et à ses valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité», insiste le ministre. «C'est faire offense également à ces femmes et ces hommes qui se sont battus et ont pour beaucoup donné leur vie, en Corse comme partout en France, pour la libération de notre pays.»

Une offense pour le monde combattant, selon la préfecture

Les faits sont survenus avant le 69e anniversaire de la commémoration de l'insurrection libératrice de la Corse, le 9 septembre 1943. L'île avait été le premier département français à se libérer du joug nazi durant la seconde guerre mondiale. «Cet acte antirépublicain qui est, aujourd'hui plus encore, une offense pour le monde combattant corse», a été fermement condamné dans un communiqué par la préfecture de Haute-Corse.


L'île, habituée aux messages anti-français, reste très attachée aux cérémonies rendant hommage aux anciens combattants et aux résistants de la Seconde Guerre mondiale durant laquelle de nombreux Corses ont perdu la vie. Dimanche, plusieurs cérémonies commémoratives ont eu lieu, notamment à Bastia, Ajaccio et Porto-Vecchio.

 

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article