Coupe Davis : Les Bleus démarrent au quart de tour !

Publié le par actu

Le 27 mai 2009, Jo Wilfried Tsonga gagne son match du jour;

 

 
Le 27 mai 2009, Jo Wilfried Tsonga gagne son match du jour;
PHOTOPQR/LE PARISIEN TEAMSHOOT/M DE MARTIGNAC

Eliminée l'an passé par les Tchèques, l'Equipe de France de Coupe Davis s'est cette fois-ci idéalement placée pour une qualification pour les huitièmes. Gael Monfils, face à Philipp Kohlschreiber (6-1, 6-4, 7-6) suivi de près par Jo Wilfried Tsonga contre Benjamin Becker (6-3, 6-2, 6-7, 6-4), ont apporté les deux premiers points aux Bleus face une équipe d'Allemagne relativement faible, privée de son atout n°1 Tommy Haas.

 

Monfils prend le pli

Son premier match face aux Pays-Bas avait été un calvaire conclu par une défaite face au n°122 mondial De Bakker 6-3, 5-7, 6-3, 6-4. Mais face au gaucher, Philip Kohlschreiber, arme la plus dangereuse du clan allemand et auteur de quelques belles perf', le français a fait preuve d'une belle assurance, tant sur sa mise en jeu (12 aces) que dans l'échange (40 coups gagnants) pour continuellement mener les débats.

« Je suis très heureux. J'étais préparé, je savais à quoi m'attendre, j'ai bien travaillé avec le staff. Je tenais vraiment à apporter mon premier point à la France" a expliqué le vainqueur du premier simple au micro de France Télévisions à l'issue du match.  Autant dire que Monfils a cette fois-ci résisté à la pression mise sur ses (larges) épaules : "Je ne sais pas si c'est un poids en moins, ce n'est que mon deuxième match, mais ce point est important donc j'en suis très fier et très content. J'espère que je pourrais en amener plein d'autres."

Tsonga passe en puissance

Au moment d'entrer sur le court, Jo Tsonga devait en conséquence être délesté d'un sacré poids. Toujours invaincu avec la bande de Guy Forget, le n°11 mondial n'avait plus qu'à enfoncer le clou face à un adversaire dangereux (n°39 mondial) mais à sa portée.

Et le Palois n'a pas tremblé dans les moments décisifs, breakant à l'entame de chaque manche sans réellement forcer (22 coups droits gagnants). Excepté dans la troisième manche (remportée au tie-break), l'Allemand ne parviendra jamais à remonter ce handicap pour s'emparer du service adverse (19 aces).

Après match, le Français retient la victoire finale plus que la manière, loin d'être parfaite à son goût : "J'étais agacé de ne pas jouer mon meilleur tennis. Mais j'ai assuré l'essentiel, qui est de gagner quelle que soit la manière", rapporte Le Point.fr

Un sixième succès pour Tsonga en forme de billet direct pour le prochain tour au vu de la supériorité de la paire tricolore Llodra-Benneteau dans le double de demain.

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article