Côte d'Ivoire: Laurent Gbagbo aurait essayé de tuer Alassane Ouattara en 2002

Publié le par actu

Laurent Gbagbo (G) et Alassane Ouattara (D), à Abidjan le 17 mai 2010.

 

Laurent Gbagbo (G) et Alassane Ouattara (D), à Abidjan le 17 mai 2010. AFP-PHOTO/ SIA KAMBOU

DIPLOMATIE - C'est un ancien diplomate qui l’affirme...

L’accusation est lourde et pourrait envoyer Laurent Gbagbo tout droit au tribunal. Un ancien diplomate français en poste en Côte d’ivoire accuse le président sortant d’avoir tenté d’assassiner son rival Alassane Ouattara et commandité des crimes en 2002, selon un récit publié par Libération ce mercredi.

L’ancien premier conseiller à l’ambassade de France à Abidjan entre 2000 et 2002 raconte que Laurent Gbagbo a mis à profit la rébellion de 2002 dans le nord du pays pour provoquer des exactions contre ses opposants et faire exécuter certains, notamment son prédécesseur au pouvoir, le général Robert Gueï.

«Je n'oublierai jamais les charniers de Yopougon, de Monoko-Zohy, les escadrons de la mort, les assassinats du général Gueï, de Rose Gueï, du docteur Dacoury-Tabley, les morts de la mosquée de Daloa, les exécutions dans les quartiers», écrit le diplomate.

Il raconte avoir alors hébergé à son domicile Alassane Ouattara, que selon lui «les hommes de la présidence voulaient assassiner au prétexte qu'il fallait éliminer tous ceux qui, selon eux, pouvaient être liés aux rebelles».  Le diplomate estime qu’à l’époque, le gouvernement français s'est montré complaisant vis-à-vis de Laurent Gbagbo.

 «Dominique de Villepin (alors ministre des Affaires étrangères) a cru qu'il pouvait raisonner Laurent Gbagbo et lui imposer une solution à la crise en relâchant la pression sur lui et en fermant les yeux sur ses exactions», écrit-il. Or, cette politique n’a pas fonctionné puisque le diplomate estime que Gbagbo est responsable de l’attaque meurtrière contre l'armée française en 2004, et d'exactions contre les Français de Côte d'Ivoire menées par des proches de la présidence.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article