Contrôleurs aériens: pourquoi ils font grève

Publié le par actu

Une salle de contrôle aérien à l'aéroport de Nantes, le 3 octobre 2008
 

Une salle de contrôle aérien à l'aéroport de Nantes, le 3 octobre 2008 J.S. EVRARD / SIPA

AVIATION - La DGAC aurait commencé à préparer la fusion du contrôle aérien à l'échelle européenne sans attendre les concertations avec les syndicats...

Après les précédents mouvements de janvier et février, les contrôleurs aériens seront de nouveau en grève cette semaine, de mardi soir à jeudi matin, d’après le préavis déposé par cinq syndicats (CGT-CGC-FO-Unsa/Iessa-Unsa/Icna). Ce mouvement est à nouveau motivé par la crainte d'«un démantèlement» de la Direction générale de l'aviation civile (Dgac), à l'occasion d'une réorganisation du contrôle aérien européen.

L'Union européenne veut en effet rationaliser et rendre plus efficace le contrôle aérien grâce à une gestion commune à plusieurs pays, au lieu de 27 systèmes indépendants aujourd'hui, d'autant que le trafic pourrait augmenter de 50% dans les quinze prochaines années. La France doit ainsi se regrouper, dès 2012, avec l'Allemagne, la Suisse, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg pour former le «Fabec», le bloc d'Europe centrale.

Un nouveau «contrat social» triennal qui mentionne déjà le Fabec

Même si les contrôleurs aériens avaient obtenu en février l'engagement du gouvernement d'un «maintien» des statuts des personnels de la DGAC et de la «pérennité» de l'organisme, les syndicats redoutent encore «une externalisation» de toutes les autres fonctions que le contrôle aérien.

Mais ce qui a conduit particulièrement les aiguilleurs du ciel à faire grève cette semaine, c’est que, d'après l'intersyndicale, la direction de la DGAC a négocié un nouveau «contrat social» sur trois ans où il est fait mention à maintes reprises de la future organisation européenne et d'une fusion dans le Fabec.

«Une réduction de 495 emplois sur la période 2011-2013»

La France s’inscrit «dans une démarche aboutissant à terme à la création d’une organisation intégrée de la prestation de services de navigation aérienne au sein du Fabec», est-il notamment écrit dans le protocole d'accord. De plus, il est prévu que «l’amélioration de la performance de la DGAC qui s’appuiera entre autres sur une organisation plus adaptée et une priorisation des dépenses permettra la réduction de 495 emplois sur la période 2011-2013».

Selon les syndicats, la Dgac s’avance ainsi déjà beaucoup trop dans cet accord qui doit être soumis à signature mercredi, avant même que la mission de concertation menée sur cet épineux dossier par l’eurodéputé Gilles Savary n’ait rendu son rapport fin juillet. La CGT dénonce ainsi «une espèce de passage en force en plein mois de juillet». «D'autres préavis de grève seront déposés pour septembre si nos gouvernants devaient rester sourds à nos revendications», menace l’intersyndicale.

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article