Combien coûte une journée de mobilisation aux syndicats?

Publié le par actu

Lors de la manifestation contre la réforme des retraites le 7 septembre 2010 à Toulouse.

 

 

Lors de la manifestation contre la réforme des retraites le 7 septembre 2010 à Toulouse. BORDAS/SIPA

SOCIAL - Entre 30.000 et 400.000 euros...

Huit organisations syndicales ont appelé ce mardi à une quatrième journée de mobilisation pour protester contre la réforme des retraites. Et cette nouvelle journée d’action nationale a un prix: entre 30.000 et 400.000 euros, selon des informations recueillies par l'AFP auprès des syndicats.

Fourchette large

La fourchette est large car «c'est difficilement chiffrable», explique-t-on à la CGT. Les grandes organisations hésitent aussi à donner des informations sur le sujet. Mais selon les chiffres obtenus par l’AFP, le budget «actions» des syndicats représente à 4% à 13% de leur budget global pour un montant annuel de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Thierry Lescant, le trésorier de Solidaires, dépense ainsi 45.000 euros par an pour les manifestations de son syndicat, soit 13% de son budget global.

Côté CFDT, il n'y a pas de budget «actions» spécifique mais des lignes budgétaires pour la communication (300.000 euros) et les campagnes institutionnelles (300.000 euros). Le syndicat puise dedans pour des actions comme celle de mardi, indique Thierry Bettencourt, le trésorier adjoint.

De 300.000 à 400.000 euros

«Une journée de manifestation nationale, où tout le monde vient manifester à Paris, coûte plus cher (300.000 à 400.000 euros) qu'une journée nationale d'actions, qui relève des Unions départementales (environ 3.000 euros en moyenne par UD), où il peut y avoir plusieurs manifestations dans différentes villes», explique la trésorière de la FSU, Eliane Lancette.

«Depuis le début des journées nationales d'action contre les retraites, nous avons dépensé, à la louche, de 50.000 à 60.000 euro (…) Ce qui est sûr, c'est que mon budget actions sur l'année, qui est de 100.000 euros sur un budget global de 2,5 millions d’euros va être explosé», conclut Eliane Lancette.

 

Cars, ballons et autocollants

Affréter des cars pour permettre aux manifestants de rejoindre les cortèges est ce qui coûte le plus cher aux organisations syndicales. Le prix unitaire est estimé à environ 600 euros.

Autre investissement pour les syndicats: les ballons géants gonflés à l'hélium, qui coûtent entre 1.000 et 2.000 euros, et les banderoles, entre 100 et 400 euros, selon leur taille. L’avantage est qu’ils seront ensuite réutilisés à chaque événement.

Les syndicats dépensent aussi 10 euros en moyenne par manifestant pour l’équiper le jour J. L'autocollant coûte par exemple 4 centimes d'euro et le drapeau de 6 à 7 euros. Depuis le début des manifestations, «j'ai fait un chèque de 4.000 euros pour payer les 100.000 autocollants distribués», explique ainsi Eliane Lancette.

 

source: 20 minutes

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article