Casseurs en marge des manifs : décryptage d'une vidéo troublante

Publié le par actu

Les images ci-dessous sont violentes, troublantes. Elles ont été filmées par l'agence de presse Reuters, samedi, en marge des manifestations à Paris.

"Nous étions entre Nation et Bastille", raconte au Post un journaliste qui a assisté à la scène. "J'ai vu un homme qui a fracassé un Crédit Lyonnais avec un poteau de trottoir. Un homme d'une cinquantaine d'années s'est interposé pour tenter de l'arrêter. Un autre est arrivé par derrière et lui a donné un coup de pied dans le dos."



Les images ont été filmées avenue Diderot, dans le 11e arrondissement
(ici exactement). La vidéo a été mise en ligne le jour même sur YouTube. Repérée hier par Le Zapping du Web, elle circule depuis sur la Toile et suscitent de très nombreux commentaires.

Sur YouTube notamment, certains affirment qu'il y aurait parmi les casseurs des policiers en civil.

"C'est n'importe quoi", rétorque la préfecture de police contactée par Le Post. "Il y a effectivement des policiers en civil dans les manifestations, mais ils ne tapent pas sur les gens."

Tout indique en effet qu'il ne s'agirait pas de policiers, selon la version d'un journaliste et une observation minutieuse de la vidéo.

Que s'est-il passé ?

L'agence de presse Reuters n'a pas souhaité commenter les images. Mais un journaliste qui était sur place a accepté de confier au Post ce qu'il a vu.

"Ça s'est passé en fin d'après-midi", confie-t-il. "L'ambiance était assez tendue. J'ai repéré un groupe et je l'ai suivi pendant une demi-heure environ. Je sentais bien que ses membres n'étaient pas comme les autres."

"Ils cherchaient à quitter la place de la Nation [qui marquait la fin de la mnanifestation, ndlr], mais il y avait des flics partout. Ils s'engageait dans une rue, voyaient des CRS, rebroussaient chemin...", raconte le journaliste. "Ils ont fini par s'engager à contre-sens d'un cortège qui finissait la manif'."

Une personne s'est alors détachée du groupe pour briser la vitre du Crédit Lyonnais, poursuit le journaliste. La suite est dans la vidéo.

"Le reste du groupe marchait, voire courait pour rejoindre Bastille. Je les ai suivis jusque là-bas", explique-t-il.

A Bastille, il y a eu "de violents incidents", rapporte Paris Match. "Des membres des Black Blocks" sont entrés de force dans l'opéra Bastille, "avant d'en être délogés par la police".

Que montre exactement la vidéo ?


Voici quelques arrêts sur images pour comprendre ce qu'il s'est passé.

On voit donc un casseur, au visage masqué par une capuche, briser la vitrine d'une banque. Puis un homme aux cheveux gris s'interpose en criant : "Mais ça va pas non ?! Arrête, pauvre con, arrête ! Arrête !"

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article