Caricatures Mahomet dans Charlie Hebdo: Marine Le Pen dénonce des "reculades" des politiques

Publié le par actu

 

 

 
 
 
 
 

Marine Le Pen (FN), interrogée sur les caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo, a dénoncé des "reculades" de la classe politique face à des musulmans qui lui imposent "des bras de fer", alors que la liberté "n'est pas négociable".

Sur France 2, la présidente du Front national a rappelé que "par principe", elle "déplore tout ce qui peut heurter les croyances, la foi". "Ce n'est pas à géométrie variable chez moi", alors que "quand ça touche les catholiques, la classe politique ne s'émeut pas beaucoup". Mais la "liberté d'expression dont découle la liberté de la presse" n'est "pas négociable", a-t-elle martelé. Ces caricatures ne sont-elles pas une provocation ? Même si c'est le cas, "en France, c'est autorisé !", s'est exclamée l'ex-candidate à l'Elysée.

"Comment en est-on arrivés à une classe politique qui titube, se tortille, incapable de rappeler les principes de la France et de les imposer à un certain nombre qui effectuent bras de fer après bras de fer ?", a demandé la dirigeante frontiste, dénonçant "des années de reculades".

"Est-ce que je vais admettre que mon pays soit mis à feu et à sang sous prétexte qu'un des 9.000 titres publiés en France décide de faire une caricature", ou "parce qu'un hurluberlu, dans sa cuisine va faire une vidéo pour critiquer Mahomet ?", s'est-elle insurgée.

"On va vivre dans la terreur, s'auto-censurer", "rétablir le délit de blasphème" ou imposer une "censure d'internet préalable ?", a-t-elle demandé. Exemples des "reculades" à ses yeux, les prières de rues musulmanes à Paris: "On a négocié, on leur a donné une caserne pour servir de mosquée. Ils ont gagné le bras de fer.

Dans les écoles ils ont gagné le bras de fer", a-t-elle affirmé. "Nous sommes en train de payer toutes ces reculades. Je ne crois ni en la droite, ni en la gauche pour rappeler les valeurs qui fondent la société française, notre civilisation". "Ceux qui sont en désaccord avec ces valeurs ou ces lois peuvent toujours aller ailleurs", a encore dit la présidente du FN.

Publié dans actualité politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article