Beauvais : une intervention policière dégénère à Saint-Jean

Publié le par actu

 BEAUVAIS, RUE HONORÉ-DE-BALZAC. HIER, 9H52. Pour une raison encore indéterminée, un policier municipal fait tomber un habitant de Saint-Jean avant de lui asséner plusieurs coups. Il a été suspendu de ses fonctions dans l’après-midi.

BEAUVAIS, RUE HONORÉ-DE-BALZAC. HIER, 9H52. Pour une raison encore indéterminée, un policier municipal fait tomber un habitant de Saint-Jean avant de lui asséner plusieurs coups. Il a été suspendu de ses fonctions dans l’après-midi. | (DR.)

Zoom
Hier matin, la police municipale de Beauvais procède à l’enlèvement d’une voiture-ventouse, rue Honoré-de-Balzac, dans le quartier Saint-Jean. Pour des raisons qui restent encore à déterminer, cette simple opération va dégénérer gravement et aboutir à une scène d’une rare violence mettant en cause deux policiers municipaux et le propriétaire de la voiture.



Il est 9h50.
Bilaly Dembele, 62 ans, propriétaire de la voiture, est au téléphone avec son épouse quand deux policiers lui demandent les papiers du véhicule. « J’ai entendu les sirènes de la police et je suis descendue dans la rue pour voir ce qui se passait, raconte Soungoutou Dembele, la fille de la victime. Un des policiers me dit : N’approchez pas ou je lâche le chien. Mon père était au téléphone et, d’un seul coup, ils lui sont tombés dessus et l’ont roué de coups. Heureusement, un habitant a tout filmé! »


Et les images sont éloquentes.
On y voit nettement les protagonistes de l’affaire. Bilaly Dembele est au téléphone, apparemment pas menaçant, lorsque le policier et son chien s’approchent de lui. D’un balayage, ce dernier le fait tomber au sol avant de le frapper d’un coup de poing et d’un coup de pied. On voit également le chien, heureusement muselé, s’approcher dangereusement de l’homme. La violence ne s’arrête pas là, puisque le policier municipal reçoit le renfort d’un de ses collègues pour maintenir Bilaly Dembele au sol avant qu’un policier de la police nationale ne le gaze. On voit alors le premier policier municipal quitter la scène comme si de rien n’était.


Ce que les images ne montrent pas, c’est la suite de l’interpellation.
Bilaly Dembele est menotté, puis placé en garde à vue. « Il a été emmené comme un coupable, regrette Soungoutou Dembele. Vous vous rendez compte? Il n’avait rien fait à part oublier de bouger la voiture qui était stationnée au même endroit depuis trop longtemps. »


Coïncidence, Caroline Cayeux, maire de Beauvais, était dans le quartier
Saint-Jean au même moment pour y signer le contrat urbain de cohésion sociale. Munie de la vidéo, la famille de la victime interpelle le maire. Cette dernière les reçoit et demande l’ouverture d’une enquête administrative. La vidéo sera ensuite montrée au responsable de la police municipale, qui demandera la levée de la garde à vue. Bilaly Dembele se rend ensuite aux urgences de Beauvais pour faire constater ses blessures. Il en ressort avec un certificat médical attestant de multiples contusions, de traces d’étranglement et deux jours d’incapacité totale de travail (ITT). Il devrait déposer plainte et poursuivre les policiers municipaux incriminés.


Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article