Afghanistan : un Français tué dans l'attentat de Kaboul

Publié le par actu

Plus de 32 personnes ont été blessées dans l'attentat suicide perpétré vendredi matin dans le centre de Kaboul.


Plus de 32 personnes ont été blessées dans l'attentat suicide perpétré vendredi matin dans le centre de Kaboul. Crédits photo : AP

Un individu s'est fait exploser vendredi matin dans le centre de la capitale afghane. Au moins 16 personnes ont été tuées dans cet attentat suicide revendiqué par un porte-parole des talibans.

Au moins 16 personnes, dont un Français, un Italien et un Indien, ont été tuées vendredi dans un attentat suicide à Kaboul. Un précédent bilan avait évoqué 17 morts. L'attaque a été perpétrée à proximité d'un hôtel du centre de la capitale afghane. La mort d'«un Français, de passage à Kaboul» a été confirmée par le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, qui a condamné l'attentat «avec la plus grande fermeté». «Les terroristes viennent, une nouvelle fois, de faire la preuve du peu de cas qu'ils font de la vie humaine, en visant avec sauvagerie des civils», a-t-il déploré. Et d'ajouter: «Notre ambassade est en contact avec nos compatriotes sur place.»

«Plus de 32 autres ont été blessées», a précisé de son côté le chef de la police criminelle de Kaboul. Deux kamikazes ont été abattus par la police dans le même quartier, a également affirmé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, alors qu'un représentant des talibans a revendiqué l'attaque.

«Un homme s'est fait exploser devant un snack près du Complexe Safi», un complexe haut de gamme du centre de Kaboul regroupant hôtel et commerces, a expliqué Zemaraï Bashary. Des témoins ont également entendu deux autres explosions de plus faible puissance. Il semblerait que l'attentat principal ait été comis avec une voiture piégée.

Une insurrection qui s'est intensifiée ces dernières années

«Nous revendiquons» l'attaque, a déclaré Zabihullah Mujahed, l'un des porte-paroles des talibans. «Huit de nos combattants ont mené l'attaque, l'un a fait exploser sa voiture piégée devant un hôtel, deux autres ont également fait détonner leurs bombes, les autres sont toujours sur place», a-t-il assuré. Alors que les talibans exagèrent régulièrement l'ampleur de leurs attaques, personne n'a encore pu confirmer qu'une voiture piégée avait explosé.

Leur insurrection s'est cependant considérablement intensifiée et s'est étendue dans la quasi-totalité du pays ces deux dernières années, frappent de plus en plus souvent dans Kaboul au moyen d'attentats suicide ou d'attaques de commandos. La dernière remontait au 18 janvier, quand des insurgés lourdement armés et des kamikazes avaient attaqué un centre commercial en plein coeur de la capitale, tuant cinq personnes.

La «zone verte» bouclée après l'attentat

Cette attaque dans Kaboul survient alors que quelque 15.000 soldats des forces internationales et afghanes engagés depuis 13 jours dans une vaste offensive contre un des bastions des talibans dans la province de Helmand, dans le sud, ont quasiment repris les lieux aux insurgés. Pour inverser le cours de la guerre, le président Barack Obama, dont les soldats composent deux tiers des forces internationales, avait annoncé en décembre dernier l'envoi de 30.000 soldats américains en renforts d'ici à l'été, qui seront rejoints par quelque 10.000 militaires d'autres pays de l'Otan.

Le vendredi est un jour chômé en Afghanistan et le centre ville est très peu fréquenté à l'heure où a eu lieu l'explosion, peu après l'aube. La «zone verte», le quartier diplomatique et des résidences des personnalités et des étrangers en plein coeur de Kaboul a été immédiatement bouclée après l'attentat et la police demandait aux habitants de rester chez eux en diffusant des messages en dari et en anglais par des hauts-parleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article