Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

3ème! JP revient dans le trio de tête

Publié le par actu

Au pointage de 16h, Jp gagne une place et revient dans le trio de tête.

Depuis le passage de Wolfrock (cf.photo), les conditions de mers se sont endurcies. Les bateaux sont au près dans une mer désordonnée qui tape violemment contre la coque. Il y a eu une bascule de vent très franche vers midi, le vent est passé du Nord Ouest au Nord-Est ce qui a obligé toute la flotte de virer très rapidement. Cela n’a pas beaucoup affecté les trajectoires des bateaux qui sont quasiment en route du directe.

Au classement, l’intouchable Armel le Cleac’h a repris la tête de la flotte, Thomas rouxel le suit de très près à 0,4 mille à une vitesse de 6,8 noeuds. Et Monsieur Jean-Pierre Nicol est rattrapant filant à 7,10 noeuds en 3ème position à 0,5 mille dans la trace de Thomas. Bonne nouvelle, juste derrière le voilier Benrard controls, Erwan tabarly et Yann Elies affichent des vitesses de 6,9 noeuds, inférieures à celle de JP. Présent aux avant-poste, JP nous montre là sa détermination pour une étape à la hauteur de ses capacités . Les conditions ne laissent peu de place au repos pour les concurrents, il faut pourtant trouver des plages de sommeil récupératrices aussi courtes soient-elles. JP racontait qu’il dormait dans ces moments difficiles par tranches de 10 minutes pas plus ! Imaginez-vous régler votre réveil pour dans 12minutes, prévoyant 2 minutes pour vous coucher et vous endormir !

Comme à chaque étape les écarts sont infimes, les 12 premiers bateaux sont à 2 milles du leader alors que toute la flotte s’étend sur une douzaine de mille.

Alors qu’il reste encore 150 milles à parcourir (soit la moitié du parcours) pour rejoindre la baie de Kinsale  il faut plus que jamais tenir et rester vigilent ! Tiens bon JP!

PS: Pour d’avantage de compréhension, pensez à jeter un coup d’oeil sur la cartographie et sur les relévés de positions

 


Pour mieux comprendre les conditions des marins, voici un extrait de la vacation de Corentin Douguet en ce début d’après-midi:

Corentin Douguet (E.Leclerc Mobile) : « tout à l’heure en bâbord amures, on faisait quasi la route directe et maintenant en tribord on fait aussi quasi la route directe ! »

« Le vent a basculé de 90 degrés en quelques minutes (à 12h ndr), j’ai failli me faire surprendre et me retrouver à l’envers ! Cela a impliqué un virement de bord. Résultat : tout à l’heure en bâbord amures, on faisait quasi la route directe et maintenant en tribord on fait aussi quasi la route directe ! Donc on s’approche vite du Fastnet, c’est bien. Il y a eu du boulot dès le départ, pas de temps mort et ça devrait rester comme ça, sur un rythme assez soutenu, jusqu’au Fastnet. On a du vent c’est sur, mais aussi une mer très mal rangée, très mal ordonnée et le pilote est inefficace dans ce temps là. Il faut barrer. C’est le mois d’août de la mer Celtique, qui ressemble assez souvent à ce genre de chose. Déjà ça va mieux car il y a une petite heure, on ne voyait pas à 300 mètres et là ça c’est bien dégagé. Il y a des Fous de Bassan un peu partout… c’est quand même un bel endroit, même s’il n’y fait pas souvent très beau »

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article