Gauzès donne une leçon à Dati

Publié le par actu


jean-Paul Gauzès, député européen haut-normand depuis 2004, est spécialiste des questions monétaires

POLITIQUE.Au Parlement européen, Jean-Paul Gauzès (UMP) n'a pas cédé à Rachida Dati qui voulait obtenir le poste de rapporteur du dossier très en vue des fonds spéculatifs...

Depuis Munich où il se trouvait ce week-end, Jean-Paul Gauzès n'en revient toujours pas : « Quel buzz étonnant ! Quelle pub me fait Rachida ! »
Si le placide député européen UMP, conseiller régional de Haute-Normandie et maire de Saint-Agathe-d'Aliermont en pays de
Bray (309 habitants), est soudainement propulsé sur le devant de la scène médiatique c'est pour avoir fait acte de résistance face à une charge appuyée de Rachida Dati au Parlement européen. Objet du litige : un rapport sur les fonds spéculatifs, thème en vue actuellement à l'approche du G20, que la nouvelle députée européenne voulait absolument piloter.
Problème, le poste de rapporteur est traditionnellement confié à Strasbourg aux députés expérimentés. « Elle m'a téléphoné le week-end précédent pour me demander avec insistance de lui donner ce dossier. Je lui ai répondu que ce ne serait pas possible, que huit députés étaient également intéressés et qu'en tant que coordinateur du PPE (Parti Populaire Européen où siègent les députés UMP) je ne pouvais faire de favoritisme. »
Quelques jours plus tard, la réunion de prise de décision sur ce sujet dérape. « Il y avait là une quinzaine de députés. J'ai indiqué que puisque je ne pouvais départager personne, je m'occuperai moi-même de ce dossier. C'est là qu'elle m'a couvert de propos disons inamicaux et peu habituels. Je n'ai pas répondu, laissant nos collègues allemand, espagnol et luxembourgeois le faire. On a alors voté. Résultat : unanimité sauf Dati ! »
Pour Jean-Paul Gauzès, qui rappelle avoir attendu deux ans avant d'être désigné rapporteur pour la première fois, Rachida Dati - qui a minimisé l'incident - veut aller trop vite. « Pour obtenir ce rapport sur les fonds spéculatifs, elle me mettait en avant son récent passé de ministre. Mais au parlement, des anciens ministres européens, il y en a plein ! »

Publié dans actualité politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article