Del Potro fait abdiquer Federer

Publié le par actu

Roger Federer - Juan Martin Del Potro

Roger Federer devra ce contenter du plateau cette année (DPPI)

Au terme d’un combat de plus de quatre heures, Juan Martin Del Potro a mis fin aux cinq saisons de règne de Roger Federer à l’US Open (3/6 7/6 4/6 7/6 6/2). A 20 ans, l’Argentin remporte son premier titre du Grand Chelem



C’est un véritable exploit qu’a réalisé Juan Martin Del Potro. Jusque-là, seul Rafael Nadal avait réussi à battre Roger Federer en finale d’un tournoi du Grand Chelem. La performance est d’autant plus remarquable que le Gaucho n’avait jamais atteint ce stade de la compétition dans un Majeur. Il réussit donc là où Lleyton Hewitt, Andre Agassi, Andy Roddick, Novak Djokovic et Andy Murray avaient échoué ces cinq dernières années, privant le Suisse d’un sixième sacre consécutif à l’US Open (le dernier à avoir réussi cet exploit est Bill Tilden entre 1920 et 1925 alors que le tennis était encore amateur) et d’un troisième titre consécutif en Grand Chelem sur une saison (Federer s’est imposé à Roland Garros et Wimbledon). Rod Laver, qui attend d’être égalé depuis 1969, n’aurait sans doute pas renié de l’être par le Suisse.

Federer en colère
Le scénario du début de la finale laissait pourtant penser que Federer se dirigeait vers sa 42e victoire du rang à Flushing Meadows. Maître de son sujet, il profitait de la nervosité de son adversaire, qui n’avait pas pu dormir la veille et qui avait fait l’impasse sur le petit déjeuner, pour se détacher 6/3 5/3 avant de servir pour le gain du deuxième set (5/4). A 30-0 en sa faveur, le n°1 mondial avait le tort de ne pas tuer le match. Nonchalant, il expédiait un revers slicé dans le filet avant de manquer un lob difficile (Del Potro mesure quand même 1,98m). S’ensuivait le tournant de la rencontre. Del Potro tirait un passing de coup droit décroisé annoncé faute. Après plusieurs secondes de réflexion, le Géant de Tandil demandait le hawk eye, qui révélait que la balle avait légèrement touché la ligne ! Balle de débreak (30-40)… Furieux, Federer, qui déteste la vidéo, s’en prenait à l’arbitre Jake Garner, estimant que son rival avait pris trop le temps de la réflexion : «Je n'ai pas pu contester une décision après plus de deux secondes. L'autre gars en a pris presque 10 secondes…» Un nouveau passing permettait alors à la tête de série n°6 d’égaliser avant d’empocher au tie-break le deuxième set (7-5) pour le plus grand regret de mari de Mirka : «Si je gagne cette manche, je suis dans une situation agréable. C'était la période où il était le moins fort dans le match et pour finir il gagne ce set.»

Del Potro en avait rêvé
Federer peut nourrir d’autant plus de regrets qu’il reprenait l’avantage dans le troisième acte (6/4). Del Potro, qui avait pourtant perdu ses six précédentes confrontations face à son adversaire du jour, faisait alors preuve d’un incroyable mental. Vainqueur d’un nouveau tie-break (7-4), il réussissait un début d’ultime acte canon (3/0). Federer ne s’en remettrait pas, s’inclinant après 4h05 de combat (3/6 7/6 4/6 7/6 6/2). Ironie du sort, sa précédente défaite à New York lui avait aussi été infligée par un Argentin (David Nalbandian en 2003). Del Potro pouvait, lui, s’allonger de longues secondes sur le sol, le temps de prendre conscience de son exploit. «C’était l’un de mes rêves d’enfant de gagner à New York. Je l'ai réalisé. C'est fait. Je vais ramener le trophée à la maison et c'est la meilleure sensation de toute ma vie. L’autre était de devenir Roger Federer. Là, il me reste encore du chemin à parcourir.» La distance, exprimée en Grand Chelem, est de 14…

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article